Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

       Paroisse  de  la      Sainte  Famille

                   28, rue de la République 03600 Commentry    Tel : 04 70 64 32 35 

                                              saintefamille03600@orange.fr    

         Diocèse de Moulins  

                                                                                                                                        Les 27 clochers de la paroisse

 

15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 16:19

De la Genèse à l’ Apocalypse (dernier épisode)

 

          Thomas demande à mettre son doigt dans les plaies du Ressuscité. «On trouve les plaies de Jésus en accomplissant des œuvres de Miséricorde, en soignant avec tendresse le corps et aussi l’âme de celui qui a faim, soif, qui est nu, humilié, esclave, en prison ou à l’hôpital. Ce  sont  les  plaies  de  Jésus  aujourd’hui.

          Pentecôte : «Le même Esprit crée la diversité et l’unité et façonne ainsi un peuple nouveau : l’Eglise universelle. A chaque époque , Il fait fleurir des charismes nouveaux et réalise l’unité. Evitons 2 tentations :

  • Celle de chercher la diversité sans l’unité, ce qui arrive quand on veut se distinguer, quand on crée des coalitions, quand on se raidit sur des positions qui excluent, jugeant qu’on est le meilleur ou qu’on a toujours raison …
  • Celle de chercher l’unité sans la diversité : ainsi l’unité devient uniformité, obligation de faire tout ensemble et tout pareil, de penser tous toujours de la même manière.

Notre prière à l’Esprit Saint, c’est alors de demander la Grâce d’accueillir SON unité, un regard qui embrasse et qui aime Son Eglise ; de mettre fin aux bavardages qui sèment la division  et aux envies qui empoisonnent… C’est de demander également un cœur qui sente l’Eglise notre mère et notre maison, une maison accueillante et ouverte, où l’on partage la joie multiforme de l’ Esprit Saint.»   (Pentecôte 2017)

 

Etienne va être lapidé : «Même si les médias n’en parlent pas, aujourd’hui, de nombreux chrétiens sont persécutés, insultés, emprisonnés,  uniquement parce qu’ils portent une croix ou confessent Jésus-Christ. Les Martyrs sont ceux qui font avancer  l’ Eglise.  Et aujourd’hui, il y en a plus qu’aux premiers siècles …C’est la gloire de l’Eglise et notre soutien, mais aussi notre humiliation, nous qui avons tout … La plus grande force de l’Eglise aujourd’hui réside dans les petites Eglises, avec peu de gens, avec leurs Evêques en prison.»

 

 

Saul,  « un homme jeune, fort, courageux, zélé dans la Foi, mais  avec  le  cœur  fermé se retrouve à terre, sur le chemin de Damas. Il comprend alors sa vérité : il n’était pas un homme comme Dieu le voulait. Cette humiliation est la voie pour ouvrir le cœur, l’ouvrir docilement pour qu’il se convertisse.»

 

Autre figure, autre pilier de cette Eglise naissante : Pierre ;  «un dialogue d’amour se développe entre Pierre et Jésus à travers leurs fréquentes rencontres, au cours desquelles Jésus façonne l’âme de Pierre, du premier suis-moi ! jusqu’à la joie du pardon. Le Seigneur  nous  fait  mûrir  nous  aussi  à travers de nombreuses rencontres avec Lui, même avec nos faiblesses, quand nous le reconnaissons, avec nos péchés. »

 

          Ce dernier épisode, même avec ses oublis, ses manques et quelques inexactitudes, reste fidèle à l’essentiel. Il effleure rapidement l’Apocalypse,  Parole du présent éternel de Dieu et de structures de la réalité humaine. Les symboles employés donnent une grille de lecture universelle ?. Le but n’est pas de faire peur, de présenter une vision effrayante du futur, mais de réveiller les chrétiens.  (1)

 

 

          « Saint Paul, le héraut puissant de l’Espérance chrétienne, connaissait le prix de cette Espérance, son coût en souffrances et persécutions pour la cause de l’Evangile.  Néanmoins, il n’a jamais fléchi de sa conviction que  la  Résurrection  du  Christ marque le début d’une nouvelle Création. L’ exhortation de Paul  à  rechercher  les  réalités  d’ en  haut  doit  résonner  sans  cesse  en  nos  cœurs ! Il nous invite vers le plein accomplissement de la vision de Foi dans la Jérusalem Céleste, là où, conformément aux prophéties, Dieu essuiera toute larme de nos yeux  et  préparera pour le Salut de tous les peuples un festin. »  (Ap 21 , 2-4)     /     (2)

 

          Que répondons-nous à ces questions du pape François : « Dans nos communautés, nos paroisses, parle-t-on du fait que nous sommes en  attente  du  Seigneur  qui  vient ,  ou est-ce que l’on bavarde au sujet de ceci, de cela, pour passer le temps et ne pas s’ennuyer ?  Q u e l l e   e s  t   m o n  E s p é r a n c e ?”

 

 

 

Lors de la Prière de l’Angelus, le 5 mars 2017, François demandait aussi :  «Il faut se familiariser avec la Bible, la lire souvent, la méditer ; elle contient la Parole de Dieu, toujours actuelle et  efficace. Que se passerait-il si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable ? Si nous la portions toujours avec nous ? Si nous revenions en arrière quand nous l’oublions ? Si nous l’ouvrions plusieurs fois par jour ? Si nous lisions les messages de Dieu comme nous lisons les messages du portable ? …Si nous avions la Parole de Dieu toujours dans notre cœur, aucune tentation ne pourrait nous éloigner de Dieu  et  aucun obstacle ne pourrait nous faire dévier de la bonne route ; nous serions davantage capables de vivre une vie ressuscitée selon l’Esprit ! »

 

        1 D’après l’émission  La Foi prise au mot  diffusée sur  KTO  le 14 mai 2017 que l’on peut visionner sur www.ktotv.com

         2  Homélie de Benoît XVI en  Terre Sainte  le 12 mai 2009  /  Les autres citations sont du Pape François .

 

 

 

On peut  retrouver sur ce blog (rubrique  apprendre de la Bible )  ce qui avait été consacré aux  Actes des Apôtres entre le  25 oct 2014   et  le 16 juin 2015

 

A lire aussi : des catéchèses de Benoît XVI  (entre mars 2006  et  février 2007)  Les Apôtres et les premiers Disciples du Christ à l’origine de l’Eglise , éditions l’Echelle de Jacob,  2012 .

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 21:15

          La  Passion

      L’avant-dernier épisode du film de la Genèse à l’Apocalypse nous montre d’abord Pierre  qui connaît l’amertume et l’humiliation du reniement : «la générosité impétueuse de Pierre ne le sauve pas des risques liés à la faiblesse humaine. Du reste, c’est ce que nous aussi nous pouvons reconnaître sur la base de notre vie. Pierre a suivi Jésus avec élan. Toutefois, le moment vient où lui aussi cède à la peur  et  chute : il trahit le Maître … L’école de la Foi n’est pas une marche triomphale, mais un chemin parsemé de souffrances  et  d’amour, d’épreuves et de fidélité à renouveler chaque jour. » (1)

 

      Méditer les stations d’un  chemin  de  Croix peut être l’occasion de réveiller notre compassion, de nous engager pour que la solidarité et la douceur réduisent les peines de toutes sortes.  « Jésus, Tu appelles des hommes à prendre le risque de se mêler des affaires des autres. Et Tu sais qu’ils sont nombreux à répondre présent, dans les associations, les paroisses, l’univers professionnel, les missions humanitaires … Se lèveront-ils sans hésiter, les Simon de Cyrène dont notre monde a besoin aujourd’hui ? … Oseront-elles s’avancer au plus près de la souffrance, les nouvelles Véronique ? » (2)

 

      « C’est dans un contexte d’extraordinaire douleur que Jésus prononce les  paroles  qui  sont  les  dernières  avant  Sa  mort .  Son corps est disloqué par la volonté des hommes, massacré par l’orgueil de Ss adversaires. A la Croix, Jésus manifeste Sa divinité, désarme la violence par la surabondance d’Amour qui jaillit de Son cœur.» (3)

« Pourquoi m’as-Tu abandonné ?   Cela advient aussi de notre relation avec le Seigneur : face aux situations les plus difficiles, les plus douloureuses, nous ne devons pas craindre de Lui confier tout le poids que nous portons dans notre cœur. Nous devons être convaincus que Dieu est proche, même si en apparence  Il se tait … Mais nous devons aussi dépasser les barrières de notre moi et de nos problèmes pour nous ouvrir aux besoins et aux souffrances des autres. La Croix nous enseigne à prier avec amour pour tant de frères et sœurs qui ne reçoivent pas de réconfort.»

« Père, pardonne-leur … une porte qui nous ouvre à la conversion, qui ouvre des horizons infinis de Miséricorde.»

« Aujourd’hui même, tu seras avec moi dans la Paradis : par Sa réponse, Jésus donne la ferme espérance que la bonté de Dieu peut nous toucher au dernier instant de la vie ; et la prière sincère, même après une vie d’erreur, trouve les bras du Père qui attend le retour du fils.»

« Entre Tes mains, je remets mon esprit : Jésus nous communique la certitude que, pour autant que les épreuves soient dures, nous ne tomberons jamais en-dehors des mains de Dieu, ces mains qui nous ont créés, qui nous soutiennent sur le chemin de l’existence, car elles sont guidées par un amour infini  et  fidèle.»        (1)

      « Le Christianisme n’est pas une doctrine philosophique, ni un programme de vie pour être poli et faire la paix.  C’est  une  personne  élevée  sur  une  croix.  Grâce à la Miséricorde de Dieu, nous nous glorifions dans le Christ crucifié …  Où est ton péché ? – va le chercher dans les plaies du Seigneur, et il sera guéri. Le pardon que nous donne Dieu n’est pas d’effacer un compte que nous avons avec Lui. Le pardon que Dieu nous donne, ce sont les plaies de Son Fils, élevé sur la Croix.» (4)

 

      « La parole du Crucifié au disciple, à Jean, et à travers lui à tous les disciples de Jésus,  voici  ta  Mère, devient, au fil des générations, toujours nouvellement vraie. De fait, Marie est devenue Mère de tous les croyants. C’est vers sa bonté maternelle que se tournent les hommes de tous les temps et de tous les coins du monde, dans leurs besoins et leurs espérances, leurs joies et leurs souffrances, leurs solitudes, comme dans le partage communautaire.»           (5)

 

 

 

  1. Catéchèses de Benoît XVI entre 2006 et 2012
  2. Extraits d’un chemin de Croix publié par  Pèlerin,  janvier 2017
  3. Marthe  ROBIN
  4. Méditation matinale du Pape François,  8 avril 2014
  5. Deus Caritas est de Benoît XVI, § 42

 

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 10:14

De  la  Genèse  à  l’ Apocalypse  (8)

 

          Ce 8ème épisode nous permet de suivre Jésus exerçant son ministère, donnant un enseignement, faisant de nombreuses rencontres. N’en restons pas à une « belle histoire », mise en scène avec soin ; essayons de découvrir en quoi nous sommes concernés encore aujourd’hui.

 

          Face aux Pharisiens : « hypocrite  est répété de nombreuses fois par Jésus aux personnes qui ont une attitude rigide en accomplissant la loi. La rigidité n’est pas un don de Dieu. la douceur, oui ; la bonté, oui ; la bienveillance, oui ; le pardon, oui … Derrière la rigidité, il y a une double vie. Ces personnes souffrent, car elles ne réussissent pas à avoir la liberté des fils de Dieu. » (1)

          « Il y a tant de personnes qui sont à la recherche, aujourd’hui, parfois même sans s’en rendre compte, de la rencontre avec le Christ et avec son Evangile, tant de personnes qui ont besoin de retrouver en Lui le sens de leur vie. Donner un témoignage clair d’une vie qui suit la Parole de Dieu dont Jésus témoigne, devient donc un critère indispensable de la vérification de la mission de l’Eglise.» (2)

 

Le Messie, Seigneur et fils de David: homélie du dimanche 16 septembre 2012

          Mais de quel Messie s’agit-il ? Les apôtres, Pierre en tête, ont mis du temps à comprendre …  « Sa conception du Messie comportait une image de majesté, de grandeur divine. Il devait apprendre que la grandeur de Dieu est différente de notre idée de grandeur : elle consiste précisément en une descente, dans l’humilité du service, dans l’amour radical, jusqu’au dénuement total. Nous aussi, nous devons l’apprendre, encore et toujours, parce que, systématiquement, nous désirons un Dieu de succès et non de passion.» (2)

          Son enseignement : « Jésus, après avoir enseigné le Notre Père, dit immédiatement : si vous pardonnez leurs fautes aux autres, votre Père vous pardonne à vous aussi … Mais il nous est difficile de pardonner aux autres ! Car nous portons toujours en nous de l’amertume. On ne peut pas prier en conservant dans son cœur de la rancœur pour ses ennemis.» (1)

          Des paroles pour l’éternité : « Pour comprendre les Béatitudes et ce que signifie être pauvre, doux, miséricordieux… , toutes ces choses qui ne semblent pas nous porter au succès, il faut garder le cœur ouvert et avoir bien goûté cette consolation du Saint Esprit qu’est le Salut. Nous pouvons régler la vie, l’organiser sur une liste de commandements ou de procédures, mais c’est une opération purement humaine, quelque chose de limité. La consolation, c’est la présence de Dieu dans notre cœur. Mais pour que le Seigneur soit dans notre cœur, il est nécessaire d’ouvrir la porte !» (1)

          Les œuvres de Miséricorde : «On constate que les récits évangéliques sont sobres quand ils décrivent des miracles. Ceux-ci sont très souvent reliés à un acte de foi, afin d’éviter qu’ils ne soient confondus avec de la magie … Jésus ne fait pas de miracles pour obtenir du pouvoir, ni pour se protéger de ceux qui veulent Le tuer. Les miracles sont une révélation de l’Amour du Père pour l’humanité qui est blessée et malade. Ils attestent l’autorité du Christ et dévoilent quelque chose du Mystère de sa personne : Il est le Fils de Dieu qui vient nous sauver … Il y a aujourd’hui beaucoup de miracles, mais l’Eglise ne cherche pas à les reconnaître tous. Beaucoup plus dans les pays pauvres, Dieu a un amour préférentiel des petits dont la foi est forte. … L’Eglise nous invite à avoir Foi en Dieu et à ne pas hésiter à Lui demander guérisons ou actes divins manifestant Son amour … Il ne s’agit pas de chercher à obtenir des miracles pour une gloire humaine, mais d’en demander à Dieu par compassion pour ceux qui souffrent, en vue d’évangéliser les cœurs.» (3)

  1. Méditations matinales du Pape François à la Maison Sainte Marthe
  2. Homélies d Benoît XVI, mars et octobre 2008
  3. Mgr BEAU : questions sur la Foi au fil de l’Ecriture, éd. Parole et silence, février 2016

         

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 21:09

L’espoir,  6ème épisode du film « De la Genèse à l’ Apocalypse »

 

 

          L’ Annonciation, la Nativité, la visite des mages, le massacre des Innocents, la répression des insurrections, Jean le Baptiste, le baptême de Jésus, les 40 jours et les tentations dans le désert, l’ arrestation de Jean, l’appel de Pierre… autant d’épisodes et de figures portés à l’écran.

          Il ne s’agit pas ici de se lancer dans une critique de film, ni d’entrer dans de subtiles discussions de théologiens, archéologues, traducteurs … laissons cela aux « spécialistes ».  S’il est vrai que  la  Parole  de  Dieu  est  vivante,  c’est qu’elle est toujours actuelle et non de vieux récits d’un passé lointain. Elle  éclaire  donc  ma  vie  d’ aujourd’hui ,  pour peu que je l’accueille avec assez de foi  et  assez d’amour. Est-ce bien mon expérience ? Ou celle d’un cœur distrait, une impression de déjà vu, déjà entendu, des mots répétés … Et si c’était l’occasion de rallumer l’intérêt pour cette Parole ? Et si ce texte d’éternité prenait les couleurs et les saveurs du temps présent ?  Certaines homélies de Benoît XVI peuvent nous y aider.

 

         « Marie fut troublée à l’annonce de l’ange  venu lui dire qu’elle serait la Mère du Sauveur. Elle ressentait combien elle était faible face à la toute-puissance de Dieu. Pourtant, elle a dit  O U I   sans hésiter. Et grâce à son oui, le Salut est entré dans le monde, changeant ainsi l’histoire de l’humanité.  A  votre  tour ,  chers  jeunes ,  n’ayez  pas  peur  de  dire  OUI  aux  appels  du  Seigneur.  Il vous invite à marcher à Sa suite ; répondez-Lui généreusement ! Lui seul peut combler les aspirations de votre cœurs. »  (S’adressant aux jeunes, à Lourdes, le 14 septembre 2008)

 

 

          « Pour tous les êtres humains, B E T H L E E M  est associé à l’heureux message de renaissance, de renouveau, de lumière et de liberté. Toutefois, comme cette merveilleuse promesse semble loin d’être réalisée … Depuis le jour de sa naissance, Jésus a été un signe de division et Il continue à l’être, même de nos jours. Il est entré dans notre monde dans le silence et l’humilité d’une grotte … Le message de Bethléem nous appelle à  être  témoins  du  triomphe  de  l’Amour  de  Dieu sur la haine, l’égoïsme, la peur et le ressentiment qui paralysent les relations humaines et engendrent la division là où des frères devraient habiter ensemble dans l’unité, la destruction là où les hommes devraient construire, le désespoir là où l’espérance devrait fleurir. V i v r e   l’ E s p é r a n c e,  c’est avoir le courage d’abandonner des manières infructueuses et stériles de penser, d’agir et de réagir ; c’est cultiver un esprit de paix fondée sur la  justice, le respect des droits et des devoirs de tous,  et  l’engagement à coopérer pour le bien commun ;  c’est persévérer en étant des témoins fidèles de la Gloire de Dieu qui s’est révélée par la naissance de Son Fils. »  (En  Terre Sainte, le 13 mai 2009)

 

          « L’ adoration  des  M A G E S contient un message exigeant  et  toujours actuel :  en particulier pour l’ Eglise , appelée à  m o n t r e r   J E S U S   a u x  h o m m e s. L’exemple des Mages constitue aussi une invitation à ouvrir les portes et les cœurs au Christ. N ‘ a y e z   p a s   p e u r   d e   l a   L u m i è r e   d u    C h r i s t   !  Laissez-vous illuminer par Lui, peuples de toute la terre ; laissez-vous envelopper par Son Amour et vous trouverez le chemin de la paix ! »  (Epiphanie, 6 janvier 2007)

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 13:58

  SURVIE …

 

          Le 5ème épisode du film  « La Bible » nous montre la destruction de Jérusalem. Le Temple est en feu et les espoirs portés par des générations sont réduits à néant. Les Israélites sont contraints à l’Exil à Babylone.

 

Afficher l'image d'origine

          Le Prophète Jérémie proclame le dessein de Dieu. Dans une homélie le 25 octobre 2009, Benoît XVI précisait : « Il s’agit d’une annonce d’Espérance pour le peuple d’Israël, prostré par l’invasion de l’armée de Nabuchodonosor, par la dévastation de Jérusalem et du Temple, et par la déportation à Babylone. Un message de joie pour le reste des    enfants de Jacob, qui leur annonce un avenir, car le Seigneur les reconduira dans leur terre. Les personnes qui ont besoin de soutien , comme l’aveugle et le boiteux  la femme enceinte et la jeune accouchée , font  l’expérience  de  la  force  et  de  la tendresse  de  Dieu :Il est un Père pour Israël…  Aujourd’hui, la communauté ecclésiale est appelée à parcourir de manière décidée la route du service, à partager jusqu’au bout la condition des hommes et des femmes de son temps, afin de  témoigner à tous de l’amour de Dieu  et  de semer ainsi  l’ ESPERANCE. »

          L’armée de Cyrus, roi des Perses, sera bientôt aux portes de Babylone.  «inspiré par Dieu, disait Benoît XVI dans une autre homélie (le 22 mars 2009),  enjoint au Peuple élu de retourner sur sa terre bien-aimée et de reconstruire le Temple. Que ces paroles du Seigneur soient un appel au peuple de Dieu tout entier aujourd’hui :levez-vous ! Prenez la route ! Regardez  l’avenir  avec  ESPERANCE,  ayez confiance dans les promesses de Dieu ! De cette façon, vous construirez quelque chose qui est destiné à subsister,  et vous laisserez aux générations futures un héritage durable de réconciliation, de justice et de paix. »

 

          Dans les tourments de cette période de l’Exil, « face à l’échec des guides politiques et religieux, Ezéchiel avait tracé l’image de Dieu comme celle du  Pasteur  de  Son peuple. Il ne s’agit plus maintenant seulement  de l’unification de l’Israël dispersé, mais de l’  unification  de  tous  les  fils  de  Dieu,  de  l’ humanité.  C’est l’Eglise qui est chargée aujourd’hui de cette sollicitude universelle : elle doit se préoccuper pour tous  et  de tous. »  (Benoît XVI, le 7 mai 2006)

 

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:08

Gros  plan  sur  David

 

Afficher l'image d'origine

 

 

          La 4ème séquence du film « la  Bible »  est un récit d’action , d’aventures . Les Israélites tentent de survivre face aux Philistins , bien organisés et beaucoup mieux armés . La figure de David s’en dégage , celle d’un grand roi , homme de guerre habile et courageux qui s’illustre lors d’un combat disproportionné avec le géant Goliath .  C’est la force des faibles face à la faiblesse des forts , comme le montre le Père Michel HUBAUT :

          « Le Philistin qui le toisait avec beaucoup de mépris ne peut s’empêcher de ricaner en voyant venir à lui ce gringalet avec sa fronde et ses cinq pierres . Mais la savoureuse repartie de David est déjà lourde de toute une expérience de vie , méditée et interprétée par le peuple de l’Alliance :  « Tu marches contre moi avec épée , lance et javelot , mais moi , je marche contre toi   au  nom  du  Seigneur … » 

Quelle leçon pour nous aujourd’hui ?  Le P. HUBAUT poursuit :  « La force et la victoire du chrétien ne sont pas dans les moyens les plus sophistiqués de ce monde , mais  dans  sa  FOI  ! … Le paradoxe  de la force de Dieu qui éclate  dans la faiblesse de l’homme demeure une constante pour tous les grands témoins depuis vingt siècles . »

          David , quelqu’un  d’intelligent qui a su gagner le soutien du peuple , mais qui ne réussit pas à gérer les relations tumultueuses au sein de sa famille … Vie privée et politique sont trop souvent entremêlées . Mais bien qu’imparfait , Dieu le choisit , le conseille et veille sur lui .  Ce qui le pousse à exprimer sa joie et toute sa gratitude à Dieu .

          Benoït XVI nous invitait à cette prise de conscience le 11 juin 2010 :  « Dieu prend personnellement soin de moi , de nous , de l’humanité . Je ne suis pas abandonné seul , dans l’univers et dans une société où l’on est toujours plus désorienté… Le Seigneur nous enseigne l’art d’être une personne . Que dois-je faire pour ne pas me précipiter , pour ne pas gaspiller ma vie dénuée de sens ? C’est la question que tout homme doit se poser   et   qui vaut pour tout âge de la vie . ..  Et quelle obscurité entoure cette question de nos jours ! »

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 18:44
Groupe biblique

L’ Ancien  Testament  à  l’ écran  (suite)

 

          La troisième séquence met en scène deux personnages : JOSUE  et  SAMSON .

Le premier est vainqueur de la bataille de Réphidim contre les Amalécites. Envoyé explorer le pays de Canaan avec un autre « éclaireur », il a une entière confiance en la promesse divine : entrer en Terre Promise. Préparé par Moïse pour lui succéder, il doit accomplir une double tâche : conduire les siens par delà le Jourdain,  les installer en Canaan et les affermir dans l’observance de la Loi divine. Le film le montre en serviteur zélé lors de la prise de Jéricho, mais peu importe s’il n’est pas l’auteur de tous les exploits relatés. La conquête est due non pas tant à des prouesses militaires qu’à la Foi au Dieu d’Israël.

 

          Derrière une épopée captivante , c’est l’histoire d’un peuple que nous découvrons . Dans une de ses homélies , le 26 octobre 2008 , Benoît XVI disait :

« La Bible est le Livre d’un peuple, un héritage remis aux lecteurs pour qu’ils mettent en actes dans leur vie l’histoire du Salut témoigné par l’écrit. La Bible reste un Livre vivant avec le peuple. en elle , elle trouve sa raison d’être, sa vocation , son identité. C’est ce qui est célébré dans chaque assemblée liturgique où on accueille  l’Alliance que Dieu renouvelle avec Son peuple. La Parole sortie de la bouche de Dieu et dont témoignent les Ecritures Lui revient sous la forme d’une réponse priante, vécue , et débordante d’amour. »

 

 

          Nous pouvons retrouver l’histoire de Samson dans le Livre des Juges. C’est un héros populaire , aux exploits éclatants qui lutte contre les Philistins. Il est possédé de l’Esprit de Dieu et doué d’une force exceptionnelle. Mais il n’est pas sans faiblesse : il lui est impossible de résister au charme féminin … La grâce de Dieu ne l’abandonne pas totalement, il reste témoin dans le monde païen de son alliance avec Dieu.

 

          Et nous aujourd’hui ? Benoît XVI nous conseillait ceci le 18 avril 2010 :

« Nous devons placer notre confiance en Dieu seul. Il est tentant de penser que la technique si avancée d’aujourd’hui peut répondre à tous nos besoins et nous sauver de tous les dangers qui nous guettent. Mais ce n’est pas exact ! A chaque moment de notre existence, nous dépendons entièrement de Dieu. Il est le seul à pouvoir nous guider à travers les tempêtes de la vie, à pouvoir nous conduire à bon port. »

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 07:12

Le Livre de l’Exode 

 

 

          Même si certains passages ont été omis (par exemple l’adoration du Veau d’Or), le film restitue bien les épisodes du Sinaï et le passage de la Mer Rouge. L’esclavage des Hébreux en Egypte fait dire à Dieu : « J’ai vu la détresse de mon peuple … je serai à tes côtés.» Et Moïse, fort de sa confiance en Dieu, affirme : « Même si vous avez oublié Dieu, Lui se souvient de vous … Dieu est à nos côtés … Dieu est venu briser nos chaînes, nous devons croire en Lui, suivre Son chemin.»

 

          « Message que le Seigneur ne Se lasse pas de renouveler pour l’humanité opprimée et écrasée, de toute époque et de toute terre, depuis qu’Il révéla à Moïse Sa volonté », disait Benoït XVI. Quelques unes de ses homélies centrées sur le chapitre 19 peuvent nous aider à approfondir certaines scènes du film.

 

          « Le pacte de Dieu avec Moïse et avec Israël au Sinaï est l’une des grandes étapes de l’histoire du Salut. Le dessein de Dieu de sauver tous les hommes à travers la sanctification d’un peuple s’y manifeste. Ce peuple est appelé à devenir une nation sainte. Son identité se révèlera ensuite pleinement avec la venue de Jésus Christ …

          Dieu Lui-même proclame Son Nom en passant devant Moïse. Le Dieu de la Bible n’est pas fermé sur Lui-même et satisfait de Sa propre autosuffisance ; mais Il est la Vie qui veut se communiquer. Il est ouverture, relation, Dieu de tendresse, de pitié, riche en grâce, qui veut combler chaque lacune, qui veut donner et pardonner, qui désire établir un lien stable et durable. L’Ecriture Sainte ne connaît pas d’autre dieu que le Dieu de l’Alliance …

          Cela semble nous conduire loin du monde et de ses problèmes , mais en réalité on découvre que c’est précisément  en  connaissant  Dieu  de  plus  près que  l’on  perçoit  également  des  indications pratiques  pour  la  vie  . C’est ce qui arrivant à Moïse qui reçut la Loi gravée sur des tables de pierre, dont le peuple tira la direction pour aller de l’avant  et  croître dans la liberté. Du Nom de Dieu dépend notre histoire ; de la lumière de Son visage, notre chemin… Comment  ne  pas  y  percevoir  l’ invitation  adressée  à  chaque  communauté  à  se  renouveler  dans  sa  propre vocation    et    dans  son  propre  élan  missionnaire ? » (1)

 

          A propos des Dix Commandements, le Cardinal Barbarin explique :

« Dieu nous donne des paroles pour guider notre vie, lui éviter des déviances, les menaces qui la guettent . Les péchés dénoncés sont des dégradations que Dieu veut nous épargner…Nous  devons  considérer  les « commandements »  comme   d e s   p r o m e sses ;   par exemple quand Dieu dit   Tu ne mentiras pas, il faudrait entendre : mais fais-moi confiance ! tu as été créé à mon image. Laisse-toi faire, et je te promets … : Tu ne mentiras pas !   Pour qu’une vie humaine tienne en équilibre, il faut d’abord qu’elle soit solidement arrimée dans le mystère de Dieu ; c’est le sens des 3 premiers « commandements » et les 6 autres parcourent les différents domaines de notre existence, en nous indiquant les fausses pistes à éviter. Le  4ème est le pivot de tout l’ensemble : il concerne nos parents. Un père, une mère auront toujours aux yeux de leurs enfants une place unique, effleurée par la Gloire de Dieu, source de toute vie.» (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1)    Extraits de diverses homélies de Benoît XVI,  mai-juin 2008

(2)   Dans   Dieu est-Il périmé ?  éd. de la Martinière, avril 2015

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 18:24

C’est  la  rentrée  aussi  pour  le  Groupe  Biblique

 

 

          La première des 10 rencontres prévues pour cette année nous a permis de survoler les 36 premiers chapitres de la Genèse. La série américaine projetée présente certes quelques images un peu violentes, mais notre monde actuel ne l’est-il pas aussi ? Les dialogues et commentaires restituent de manière fidèle l’Ecriture et l’histoire des Patriarches, rétablis dans leur relation avec Dieu, nous fait réfléchir sur notre propre identité de fils de Dieu.

 

          Nous écoutons le personnage d’Abraham, guidé par la certitude que Dieu est avec Son peuple, dire  « Dieu m’a parlé … ; Dieu m’a promis … »  Mais être l’élu de Dieu suppose   bénédiction et épreuve. Dieu, dans Son amour infini, lui dira : «J’ai vu la détresse de mon peuple »  Alors quelle joie de voir que Sa promesse se réalise !

          Les réactions, les échanges qui ont suivi la projection, montrent qu’on ne saurait limiter ces récits des premiers temps à une  « belle histoire »  La Parole de Dieu nous interpelle et nous rejoint   dans  nos  vies  aujourd’hui. Sommes-nous capables de tout quitter, de partir, pour marcher sur les chemins de Dieu ? Croyons-nous que  tous  les  hommes  peuvent être sauvés ?  Demandons-nous  pardon à Dieu du mal fait à Sa Création ? Pensons-nous à Le remercier de Sa grande patience envers nous et pour la liberté qu’Il nous donne ?

 

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 16:42

Evangile  selon  Saint  Luc  (17,11 – 19,27)

 

 

17 , 11-19 : Les 10 lépreux ne sont allés qu’à mi-chemin de leur démarche ; mais Dieu n’est pas avare de ses dons, Il ne les mesure pas à notre gratitude …

17 , 20-37 : «  le Royaume de Dieu est là , caché dans la sainteté de la vie ordinaire ; c’est la proximité qui est l’une des caractéristiques du Royaume . Du Royaume dont font partie la souffrance , la croix quotidienne de la vie , la croix du travail , de la famille … Le Royaume est humble , mais il est grand par la force de l’Esprit Saint . Et c’est à nous de le laisser croître en nous , sans nous vanter. »  (1)

18 , 1-8 : « Dieu ne connait-Il pas déjà nos besoins ? Quel sens cela a-t-il d’insister auprès de Lui ? Il écoute et sait tout de nous. Sur notre chemin quotidien, en particulier dans les difficultés , dans la lutte contre le mal, le Seigneur n’est pas loin. Il est à nos côtés. C’est la prière qui nous fait sentir Sa présence, Sa Miséricorde et Son aide. Il y a un combat à mener chaque jour, mais Dieu est notre allié ; la Foi en Lui  est notre force,  et la prière l’expression de notre Foi . » (1)

 

 

18 , 9-14 :  « cette parabole du pharisien et du publicain nous concerne directement. Nous pourrions nous aussi être tentés, comme le 1er de rappeler à Dieu nos mérites … Mais pour monter au ciel, la prière doit jaillir d’un cœur humble et pauvre. Rendons grâce à Dieu, non pas pour nos mérites, mais pour le don qu’Il nous est fait. Reconnaissons que tout vient de Lui et c’est uniquement par Sa grâce que se réalisera ce que l’Esprit Saint nous a dit . C’est alors que nous serons rendus plus justes  et  plus à même de cheminer dans les voies du Seigneur. »(2)

 

18 , 15-17 : « il y a encore de nombreux enfants qui vivent dans des conditions inhumaines, en marge de la société …Tant d’enfants aujourd’hui sont exploités , maltraités , tenus en esclavage , objets de violences et de trafics illicites , déracinés, réfugiés, parfois noyés en mer … De tout cela, nous avons honte devant ce Dieu qui S’est fait enfant. Sommes-nous indifférents ? Savons-nous les défendre ? Prier pour eux et avec eux ? Des enfants pleurent et leurs pleurs nous interpellent. Les armes se commercialisent, qui finissent dans les mains d’enfants-soldats … » (1)

18 , 18-30 :  « Nous disons, c’est vrai, nous devons avoir confiance dans le Seigneur ! En revanche, nous avons tous cette faiblesse, cette fragilité de placer nos espérances en nous-mêmes , dans les possibilités humaines. Et nous oublions le Seigneur. C’est une attitude qui nous conduit loin de Lui, sur la route de l’absence de bonheur. Le riche de l’Evangile est un malheureux, car il s’est condamné lui-même. Où est placée ma confiance ? Dans le Seigneur ? Dans les idoles que j’ai faites ? »(1)

 

18 , 31 -34 : Des paroles encore voilées pour les Apôtres, mais au 3ème jour, la lumière de la Résurrection resplendira !

18 , 35-43 : l’aveugle de Jéricho :  « il a frappé à la porte du Cœur de Jésus ! Les autres le rabrouaient pour le faire taire …  Malheureusement , cela arrive fréquemment chez les croyants . Lorsque nous avons trouvé le Seigneur , nous avons tendance à dire : mais nous, nous sommes avec le Seigneur ! … Devant cette tentation de petits groupes des élus, l’attitude de Jésus est décrite ainsi par Luc :  Il S’arrêta. C’est une grâce ! Il fait tourner la tête des disciples vers les périphéries douloureuses, comme pour dire : ne me regardez pas seulement moi ! »   (1)

19 , 1-10 : Zachée :  «si l’homme laisse entrer Dieu dans sa vie et dans son univers, s’il laisse le Christ vivre dans son cœur, il ne le regrettera pas, mais au contraire, il fera l’expéreience de la joie de partager Sa vie-même, étant destinataire de Son Amour infini ! »  (2)

19 , 11 -27 : Jésus nous confie une tâche à accomplir fidèlement : mettre en valeur les dons que nous avons reçus.

 

 

  1. Méditations matinales du Pape François à la Chapelle de la Maison Ste Marthe .
  2. Homélies de Benoît XVI , octobre et novembre 2010
groupe biblique
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 17:45

 

Sur  la  route  qui  conduit  Jésus  à  Jérusalem  (suite)

                Evangile  de  LUC  13, 22  -  17, 10

 

 

 

13, 22 – 35 : Serai-je sauvé ?  « la seule réponse possible, on la reçoit de Jésus : efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Il insiste sur l’engagement que chacun doit prendre pour transformer sa vie en prenant celle du Christ comme chemin de vie. Les Chrétiens ne peuvent se contenter de pratiques religieuses et d’œuvres pieuses… »

14, 1-6 :  La vraie loi : « n’être attaché qu’à la loi conduit à la fermeture et à l’égoïsme, à l’orgueil de se sentir justes. Il s’agit seulement de se faire voir… L’autre route, qui va de l’amour à la connaissance et au discernement conduit à la rencontre avec Jésus. La proximité de Jésus est le pont qui nous rapproche de Dieu.»

14, 12-24 : les vraies valeurs, le sens de nos comportements :  «ne pas dire, bien sûr, moi je te rends ce service, mais toi, tu me fais ceci ou cela. Jésus le rappelle en racontant l’invitation à dîner de ceux qui ne peuvent rien donner en échange : c’est la gratuité . .. Demandons-nous : comment est ma paroisse ? Ma communauté ? Ont- elles cet esprit d’amour, de concorde sans rivalité ou vanité ? Vivent-elles avec humilité ? »

14, 25-35 : Etre disciples de Jésus, c’est : «faire de notre vie un don, comme Il l’a fait le premier . Tenir jusqu’au bout, comme Lui. Mais Jésus n’est pas une star qui suscite des fans ! Il a révélé ce que personne n’avait eu l’idée de proclamer… Pour que l’amour de l’autre atteigne la mesure d’un amour sans calcul, il faut Le préférer, Lui, Jésus, et aimer comme Il l’a fait. C’est le seul comportement pour aboutir à notre vérité, même s’il faut passer per un témoignage coûteux.»

15, 1-32 :  Les Paraboles de la Miséricorde : «pour des personnes strictes pour qui Dieu est très grand , omnipotent , très exigeant , il va de soi que les pécheurs de tous calibres n’ont pas accès à Lui , ils sont rejetés . La  grandeur de Dieu est d’aimer sans mesure et de cet  Amour, personne n’est exclu. Toute la passion de Dieu pour l’homme transparaît dans ces trois paraboles. Quand les pécheurs perçoivent cet Amour, leur vie est retournée, transformée ; ils  partagent  la  joie  de  Dieu … Tu t’es appauvri, c’est vrai. Mais il te reste ce qui a le plus de valeur : la lueur de ta dignité toujours intacte et cette étincelle d’Espérance qui se rallume chaque jour. Il te reste cette réserve spirituelle dont tu as hérité… Laisse-toi réconcilier avec Dieu ! … Le pardon nous est toujours acquis, le don toujours offert attend d’avoir preneur. »

 

16 , 1-13 : La vraie richesse de l’homme : «l’argent donne au gérant l’illusion du pouvoir. Le Christ nous avertit de ne pas nous laisser prendre à ce mirage. Ce que je possède, j’en suis le dépositaire, pour une bonne gestion au service des autres. Ne pas penser qu’à soi est un gage d’avenir : c’est le don, le partage au terme d’un travail qui font fructifier les qualités, les talents. »

16 , 19-31 : Comment rater sa vie ? Comment la réussir ? :  « la richesse obscurcit le regard et sclérose le cœur … Le bonheur ne se situe pas dans l’avoir, mais dans la relation. »

17 , 1-6 :  Pécheurs, oui, corrompus, non ! :  « les corrompus ne savent pas ce qu’est l’humilité. Ils ne vivent pas dans l’esprit de l’ Evangile, mais dans l’esprit de la mondanité. Une pourriture recouverte de peinture, telle est la vie du corrompu … Un chrétien qui n’est pas capable de pardonner scandalise ! » Comme les Apôtres, supplions le  Seigneur : « augmente en nous la Foi ! »

17 , 7-10 : On ne se situe pas vis-à-vis de Dieu dans des relations de marchandage !  « comment doit être notre Foi ? Une Foi encadrée dans le service à Dieu  et  à notre prochain.  Un  service  humble, gratuit, généreux, jamais à moitié … Nous pouvons nous éloigner de cette attitude de service, un peu par paresse qui rend le cœur tiède et conduit à l’égoïsme. De très nombreux chrétiens sont bons ,ils vont à la messe, mais en ce qui concerne le service, ils se mettent en jeu jusqu’à un certain point … »

 

Toutes  les  citations  sont tirées des méditations matinales du Pape François à la Chapelle de la Maison Sainte Marthe, ou d’homélies lorsqu’il était Archevêque de Buenos Aires .

 

Groupe biblique
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 16:50

Jésus  prend  la  route  qui  le  conduit  à  Jérusalem  

(St  Luc  9 , 51 – 13 , 21)

 

 

10, 1-20 : La mission des 72 va mettre les hommes auxquels ils sont envoyés devant l’urgence de la décision, de la conversion. Le Pape François nous suggère ces questions pour un examen de conscience : «L’homme vit en lui le drame de ne pas accepter le Salut de Dieu parce qu’il voudrait être sauvé à sa manière … Et moi, comment je veux être sauvé ? A la manière d’une spiritualité qui me fait du bien, mais où il n’y a aucun risque ? Ou à la manière divine , sur la route de Jésus , qui nous surprend toujours , qui toujours nous ouvre les portes à ce mystère de la toute-puissance de Dieu , qui est  LA   M I S E R I C O R D E  ,  LE   P A R D O  N   ? »  (1)

 

10, 21-24 : « L’expression par laquelle Jésus commence Sa prière contient le fait qu’  Il  reconnaît pleinement l’agir de Dieu le Père. Il est totalement, consciemment et joyeusement d’accord avec cette façon d’agir, avec le projet du Père. C’est le sommet d’un chemin de proximité où apparait clairement la communion intime et profonde de Jésus avec la vie du Père dans l’Esprit Saint. Jésus exprime Sa volonté d’impliquer dans cette connaissance  tous ceux que le Père veut y faire participer, ceux qui accueillent ce don, l e s   p e t i t s. Ceux qui ont un cœur simple, sans présomption … Nous aussi, par le don de Son Esprit, nous pouvons nous adresser à Dieu avec la confiance des enfants. Reconnaissons que nous ne sommes pas auto-suffisants, nous avons besoin de Dieu, de Le rencontrer, de  L’écouter, de Lui parler. »  (2)

 

10, 25-29 : L’amour n’est pas qu’un sentiment … Il transforme la relation en se traduisant en actes. Les Docteurs de la Loi voulaient s’ajuster correctement au Dieu de l’Alliance. Mais celle-ci tracerait-elle une démarcation au milieu des hommes ? Qui doit-on aimer pour nouer une bonne relation avec Dieu ? Pour dévoiler le sens des Ecritures, Jésus va raconter une histoire …

Afficher l'image d'origine

 

10, 30-37 : c’est la parabole du   Bon  Samaritain,  « une histoire si lamentable au début, mais si heureuse à la fin ! … Il y a des gens qu’on exclut, qu’on rejette. Pour ce qui est de regarder ailleurs, et de faire un détour quand une chose ne nous convient pas, nous sommes champions ! Ne faisons pas ces détours dont parle l’Evangile : approchons-nous de toute souffrance   et   que chacun de nous fasse ce qu’il peut. Ne nous en lavons pas les mains !...Reconnaître l’autre comme  m o n    p r o c h a i n   ne m’apporte rien en particulier , mais me constitue essentiellement comme une personne humaine . C’est sur cette base qu’une communauté humaine,  et non une horde de bêtes sauvages,  peut se former.» Et le Pape de citer en exemple  M. KOLBE  comme « autre bon Samaritain » du XXème siècle. (2)

 

10, 38-42 : Marthe  et  Marie. Elles reçoivent Jésus : du bonheur pour elles ! Marthe se met en quatre pour le repas, alors que Marie, assise aux pieds de Jésus, L’écoute. La première, hyperactive, accomplit un beau service. La seconde écoute la Parole. Faut-il les opposer ? Ou voir deux attitudes complémentaires ? Jésus, à la suite de Sa Pâque a la capacité de venir nous visiter, nous aussi. Recevons-Le dans notre cœur, aussi réellement que l’ont fait les deux sœurs. Il frappe à notre porte, ouvrons-Lui ! Il ne cesse pas de Se faire proche de nous !

 

11,  1-13  Apprends – nous  à  prier ! Le Notre-Père est bien autre chose que des formules … Afficher l'image d'origine « Cette prière contient toutes les demandes possibles. Elle est à la prière comme le Christ est à l’humanité. Il est impossible de la prononcer sans qu’un changement s’opère dans l’âme. Qu’ajouter ? Sinon que nous avons la lourde responsabilité de transmettre cette prière fondamentalement chrétienne à nos descendants et à nos contemporains, comme nous l’avons reçue de nos parents ou de nos éducateurs. .. »  (3)

 

 

 

 

11 , 29-36 :  Avons-nous besoin de chercher, pour appuyer notre foi de signes extraordinaires ? De preuves, comme si nous étions devant des juges à qui il faudrait fournir des arguments convaincants ?  «A Noël, les Anges donnent un signe aux bergers : un nouveau-né couché dans une crêche. Voilà le signe : l’abaissement total de Dieu. Nous laissons-nous aimer par cette douceur, cette tendresse ? Sommes-nous décidés également à faire preuve de tendresse pour une situation difficile, pour tout problème humain, pour ceux qui nous sont proches ? Ou bien préférons-nous la solution réglementaire, dirigiste, froide et non évangélisatrice ? Sommes-nous disposés à assumer cette tendresse durant les moments de joie, de tristesse, d’épreuves, de conflits, de combats ? » (1)

 

11 , 37-54 : « on est étonné de la violence de Jésus contre les scribes et les pharisiens, car dans le cœur de Jésus, il n’y a que l’amour, un amour brûlant, un torrent de Miséricorde …Souvent, j’ai pensé qu’ Il parlait ainsi avec l’énergie du désespoir : Il cogne avec une force maximale dans l’espoir de faire exploser leur carapace et, si possible, d’atteindre leur cœur.»(4)   Et notre carapace à nous ? Nous portons tous en nous notre part de pharisaïsme !

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

12 , 1-7 :  « l’  h y  p o c r i s i e   est  cette façon de vivre, d’agir, de parler, qui n’est pas claire, qui se présente de façon ambiguë … Jésus dit que les pharisiens sont imbus de leur personne, vaniteux. Mais à la fin, tout sera clair. Puis, Il attire l’attention sur la confiance en Dieu : il existe Quelqu’un de plus grand : c’est le Père qui est aux cieux. Jésus nous rassure : soyez tranquilles : le Père vous aime, vous défend ! Il nous invite à prier afin que nous ne tombions pas dans la tiédeur de la vie. » (1)

 

12 , 13-34 :  Paradoxalement, nous trouvons notre sécurité dans les biens de ce monde quand nous nous en dépouillant pour les partager.

 

12 , 35-48 :  L’attente de Jésus est souvent oubliée, cachée derrière les soucis de l’instant présent. Ce que Jésus nous demande, c’est d’être des serviteurs fidèles, de bien remplir la charge qui nous a été confiée.

 

12 , 49-53 :  il n’est pas possible que la rencontre de Jésus n’affecte pas intimement nos relations.

 

 

12 , 54-59 : «Il appartient à la sagesse chrétienne de connaître les changements, les signes des temps. D’habitude, nous nous tranquillisons avec des « j’ai lu, entendu, les gens disent… »  alors que nous devrions nous demander : quelle  est  la  vérité ? Quel est le message que le Seigneur veut me donner avec ce signe des temps ? Tout d’abord, le silence est nécessaire. Après : réfléchir . Et   p r i e r  ... Les temps changent. Nous, chrétiens devons changer continuellement .  Mais  en  étant  solides  dans  la  foi en Jésus-Christ  et  dans  la  vérité  de  l’Evangile.» (1)  

 

13 , 9-17 : C’est le temps de l’urgence de la conversion.L’aujourd’hui de Dieu est une grâce qu’il ne faut pas manquer ! La Loi n’est pas une domination d’un maître jaloux et exigeant. L’amour de Dieu est source de tout !

 

Afficher l'image d'origine

 

  1.  Méditations du Pape François
  2.  Catéchèse de Benoît XVI
  3.  Simone  WEIL , philosophe juive
  4.  Cardinal BARBARIN , entretiens avec un journaliste .
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 13:46

Saint  Luc  (suite :  7,1  -  9,50)

 

 

 

     Les guérisons, les miracles   (7,1  - 7,17 : Jésus guérit le serviteur d’un officier romain ; ramène à la vie le fils d’une veuve  /  7,36-50 : Jésus chez Simon le pharisien /  8,22-25 : Jésus apaise la tempête  /  8,26 – 56 : d’autres guérisons  /  9,10 – 16 : la multiplication des pains  /  9,37 – 43 )  « il ne s’agit pas d’abord de péché ou d’une quelconque responsabilité coupable. Il s’agit de souffrance  et  Jésus guérit parce qu’ Il en saisit le poids et qu’il Lui faut en soulager celui ou celle qui se présente à Lui avec sa détresse. Il faut relire ces récits comme des signes de la puissance de Sa Miséricorde. C’est vrai que les gens peuvent être stupéfaits et admiratifs, mais ce n’est pas du tout ce que Jésus recherche ! Sa Miséricorde est une œuvre efficace et si les témoins et les bénéficiaires y reconnaissent une puissance, que ce soit celle de la puissance divine … et qu’ils se convertissent ! »(1) Le Pape François nous dit : « Dieu a visité Son peuple. Uniquement parce que Jésus a fait un miracle ? En réalité, il y a plus. La question fondamentale est de comprendre comment. Dieu visite par Sa présence, Sa proximité. Il rend espoir à Son peuple. Et quand nous voulons annoncer l’Evangile, c’est le chemin ! (2)

 

 

          La parabole du Semeur  et  son explication   ( 8,4 – 15) : « il arrive que la semence, la Parole de Dieu, ne pénètre pas facilement la terre des hommes. Sa croissance est entravée. Jésus veut attirer notre attention sur la longue et laborieuse histoire des semailles en notre terre … Les disciples sont déconcertés par la tournure que prennent les événements. Devant cet échec apparent, leur confiance en cet homme est ébranlée. Jésus ne cherche pas à dissimuler les échecs, mais exprime sa Foi en sa mission, son espérance en l’avenir. Il est certain que le dessein d’amour du Père trouvera son accomplissement. La seule chose qu’Il nous demande, pour collaborer à cette moisson, c’est d’être une bonne terre d’accueil. Ce que le Père a commencé se réalisera ! Quels que soient les aléas de l’histoire, la moisson est assurée par le Christ vainqueur. »  (3)

          Jésus  (9,18 – 27 et 43 – 45)  « La Parole de Dieu n’est pas une bande dessinée à lire, mais un enseignement à écouter avec le cœur et à mettre en pratique dans la vie quotidienne. Un engagement accessible à tous, parce que la vie chrétienne est simple : ce sont les deux seules conditions placées par Jésus à ceux qui veulent Le suivre. C’est se demander : qu’est-ce que cette parole dit à mon cœur ? C’est ainsi que notre vie change. »    (2)

« Nous n’expérimentons que rarement comment l’Evangile peut devenir vraiment Bonne Nouvelle pour nous maintenant, pour moi en ce moment particulier de mon histoire ; comment il peut me faire voir, dans une perspective nouvelle et exaltante, ma place et mon devoir dans cette société ; comment il peur renverser l’idéal mesquin et triste que je me suis proposé. Il nous semble que la Parole de Dieu et la vie quotidienne appartiennent à deux mondes séparés … Notre vie pourrait être remplie de lumière au contact prolongé et attentif de la Parole. Pourquoi ne nous efforçons-nous pas de rendre productif le trésor que nous tenons entre nos mains ? »    (4)

 

    Jésus annonce Sa Passion :  « Les disciples ne comprennent pas ces paroles ; la Croix fait peur … Mais il n’y a pas de travail apostolique fécond sans la Croix. Nous devons demander la grâce de ne pas fuir la croix quand elle arrivera.» (2)   Saint  Jean Paul II méditait ainsi ce chapitre : « Le Christ ne cachait pas à ceux qui l’écoutaient la nécessité de la souffrance. Et à ses disciples, Il posait des exigences dont la réalisation est possible seulement à condition de se renier soi-même. La route qui conduit au Royaume est étroite et resserrée. Ils auraient à subir des persécutions, ce qui est arrivé non seulement dans les premiers siècles de la vie de l’Eglise, mais qui n’a cessé de se produire et encore à notre époque. »

 

 

          La  Transfiguration  (9,28 – 36)   « Pierre, Jacques et Jean ont reçu la grâce de faire une forte expérience de Dieu. Tant que nous nous trouvons ici-bas, notre relation avec Dieu se réalise davantage dans l’écoute que dans la vision,  et la contemplation se fait grâce à la lumière intérieure allumée en nous par la Parole de Dieu. La Transfiguration ne fait que laisser apparaître ce qui se passe dans la prière de Jésus. C’est de cette participation à la lumière rayonnante de Dieu qu’émane la prédication de Jésus. »  (5)

 

 

 

          Les  disciples  (9,1 -6  / 9,46 – 48 /  9,51 – 54 /  9,57 – 62)   Un passage raconte la dispute née entre les Apôtres : « Le Seigneur aime surprendre  et  déplace le centre de la discussion, prend un enfant à côté de Lui et dit : quiconque accueillera cet enfant en mon Nom m’accueille. Ceux que nous laissons de côté quand nous pensons à un programme d’organisation seront le signe de la présence de Dieu. Un peuple qui ne prend pas soin de ses enfants n’a pas d’avenir, pas de promesse. »

« Jacques et Jean voulaient que le feu du ciel descende sur ceux qui avaient refusé de recevoir Jésus … Le Seigneur nous fait connaître quelle est la route du chrétien : ce n’est pas celle de la vengeance. C’est un esprit d’humilité et de douceur. Et rappelant son prédécesseur : l’ Eglise se développe par attraction, par témoignage. Et quand les gens voient ce témoignage, ils ressentent le besoin de venir avec nous … C’est cette charité sans violence, sans arrogance, qui adore  et  qui sert ! »  (2)

 

Afficher l'image d'origine

 

 

  1.  Père  GIBERT,  bibliste
  2.  Méditations matinales du Pape François à la Maison Ste Marthe
  3.  Père  M. HUBAUT, franciscain
  4.   Cardinal  Martini, ancien Archevêque de Milan
  5.  Benoît XVI , extrait d’un ouvrage de méditations quotidiennes « Benedictus »
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 13:23

Le ministère de Jésus (Luc 4 , 14 - 6 , 49)

 

 

      Jésus est rejeté à Nazareth (4, 16-30) : «Il lit le Livre du prophète Isaïe qui était la Prophétie à Son propos. C’est pourquoi Il conclut : aujourd’hui s’accomplit cette Ecriture que vous avez écoutée. La première réaction est très belle. Mais ensuite, dans l’âme de certains a commencé à s’insinuer le ver : où a-t-il étudié, celui-là ? Ceux – là voulaient du spectacle, un miracle … Jésus souligne leur peu de Foi, et eux sont rentrés dans une grande colère et Le poussèrent pour Le tuer. Il ne s’agit pas seulement d’un événement qui a 2000 ans : cela arrive tous les jours, dans notre cœur, dans nos communautés ! Celui qui cancane contre un frère finit par vouloir le tuer …Souvent, nous transformons nos familles, nos communautés en un enfer où se manifeste cette forme de criminalité. Commençons par être avec le Seigneur, car là où Il Se trouve, il n’y a pas d’envie, de jalousie, il y a la fraternité.» (2 sept 2013) (1)

 

     De nombreuses guérisons ( ch . 3 et 4) « Pour Jésus , soigner un malade , en plus de soigner sa maladie , c’est lui donner l’onction pour qu’il se convertisse , en témoignage de l’amour de Dieu , pour que la foi jaillisse et que la pratique de la charité se renforce , grâce à la joie et à l’espérance . La profondeur et l’efficacité de l’onction ne se mesurent pas au nombre de miracles qu’Il peut réaliser, mais réside dans l’union intime et l’identification totale avec le Père qui L’a envoyé. » (2)

 

 

     Jésus prêche dans la Synagogue (4, 42 – 44) « Il n’était pas un prédicateur comme les autres qui parlent de théologie, mais n’arrivent pas au cœur … IL le faisait de manière différente, nouvelle, parce qu’Il avait la force de l’Esprit Saint. L’autorité de Jésus Lui vient de cette onction spéciale … L’homme laissé à ses forces ne comprend pas les choses de Dieu. Ainsi, nous n’offrons pas un témoignage, nous n’avons pas d’identité. En revanche, l’homme poussé par l’Esprit juge toute chose, il est libre, il n’a pas l’esprit du monde, cette manière de penser, de juger … » (4 sept 2014) (1)

 

     L’appel des premiers disciples (5, 1-11) « Luc montre leur chemin de Foi : l’invitation à se mettre à la suite de Jésus leur est faite après avoir écouté Sa première prédication et fait l’expérience des premiers signes prodigieux qu’Il accomplit, en particulier la pêche miraculeuse qui offre le symbole de la mission. Le destin de ces appelés sera désormais intimement lié à celui de Jésus … Simon est invité à la confiance. Il doit s’ouvrir à un projet qui dépasse toutes ses perspectives. Il accepte, et se laisse entraîner dans la grande aventure … La grande alternative pour nous aussi : allons-nous privilégier nos propres attentes en repoussant Jésus ou L’accueillir dans la vérité de Sa Mission ? Nous aussi, nous avons le désir de Dieu, voulons être généreux, mais nous attendons que Dieu soit fort dans le monde et le transforme selon nos idées, nos besoins … Dieu choisit une autre voie : celle de la transformation des cœurs. » (3)

 

 

     Le Sabbat (6, 1-5) « Les pharisiens reprochent aux Apôtres d’avoir violé le Sabbat en cueillant et en mangeant des épis de blé …Jésus leur répond qu’Il est le Maître du Sabbat. Aujourd’hui, nous rencontrons beaucoup de chrétiens sans Jésus, ceux qui ont la maladie des pharisiens et mettent leur Foi et leur religiosité dans un tas de commandements, ils font des choses, mais en réalité ne savent pas pourquoi ils les font ! Il y a ensuite ceux qui cherchent des révélations privées … Seul vaut ce qui te conduit à Jésus, seul vaut ce qui vient de Jésus. Jésus est le centre, le Seigneur, comme Il le dit Lui-même.» (7 sept 2013) (1)

 

     Jésus choisit les 12 (7, 12 -16) « Il nous a choisis, nous aussi, Il est toujours proche de nous … C’est Lui qui choisit. Cette attitude nous donne du courage, parce que nous avons la certitude qu’au jour de notre baptême, Il nous a effectivement choisis. L’Amour ne regarde pas si on est beau ou laid : Il aime ! Dans Sa liste, il n’y a pas de personnalités importantes selon les critères du monde, mais des gens communs, pécheurs. Jésus est proche des gens, non pas un maître, un professeur, un mystique qui S’éloigne et parle du haut d’une chaire, mais une personne qui est au milieu des gens.»( 9 sept 2014) (1)

 

 

Des paroles pour l'éternité

 

     Des paroles pour l’Eternité (6, 20-26) « Rien à voir avec un bonheur douceâtre ! Chaque Béatitude implique une longue soif, un combat sans trêve, un affrontement permanent à ce monde de violence et d’injustice. Ce sont des paroles décisives : elles devraient être l’âme et la clef de ce Sacrement inouï dont la fonction est de rouvrir grandes toutes les portes : le Sacrement de Réconciliation ! … A force de répéter ces Béatitudes, on voit s’en dégager bien plus qu’un type d’homme : un certain visage qui est celui de Jésus. Notre vie devient ceci : vouloir Lui ressembler. L’essentiel est dit, ce qui est écrit de toute éternité au cœur des hommes, assorti des seules promesses qui vaillent, loin du sens commun, du confortable refuge quotidien, de l’abominable sagesse des nations … Mais ce n’est pas un triste donnant-donnant qui est la maxime de ce monde, qui règle les rapports entre les hommes et se fonde sur des mesquineries, des calculs et des arrière-pensées. C’est l’Amour sous toutes ses formes qui nous soutient et brille dans notre nuit … Celui qui découvre ces paroles ne passera plus sa vie à laisser l’accessoire, le provisoire, l’inconséquent oblitérer l’essentiel …. A notre tour de les traduire en exigences pour notre vie quotidienne ! » (4)

 

     Aimer ses ennemis (6, 27-38) « Soyez miséricordieux ! :c’est une invitation à comprendre les autres, non à les condamner. Revêtez-vous de sentiments de tendresse, de bonté, d’humilité, de douceur, comme on lit dans la Lettre aux Colossiens. C’est le style chrétien ; c’est le style de Jésus.» (10 septembre 2015) (1)

 

     Ne pas juger les autres (6, 37-42) « Quand un frère se trompe, comment dois-je le corriger ? Avant tout, le prendre à part et lui parler. Le corriger avec charité, et non sans amour, car ce serait comme faire une intervention chirurgicale sans anesthésie. Il faut la vérité, même si elle n’est pas facile à entendre. Il faut l’humilité, pour reconnaître que je suis plus pécheur que lui (qu’elle). Après, je dois l’aider. C’est un acte pour guérir le corps de l’Eglise. C’est comme raccommoder un accroc. » (12 septembre 2014) (1)

 

     Porter du fruit (6, 43-49) Invoquer sans pratiquer l’enseignement reçu relève de la croyance, pas de la Foi. En tout temps, s’appuyer sur la Parole de Dieu. C’est une démarche de conversion constante : il s’agit d’atteindre jusqu’aux zones profondes où nous renoncerons à juger, où nous pardonnerons, où nous trouverons l’appui solide qui fera de nous des fils de Dieu. L’Année Sainte de la Miséricorde va nous en apporter la grâce !

 

 

  1. : méditations matinales du Pape François à la Maison Ste Marthe
  2. : CardinalBergoglio, futur Pape, Messe Chrismale à Buenos Aires en 2002
  3. : Catéchèse de BenoïtXVI, mai 2006
  4. : Gilbert CESBRON huit paroles pour l’Eternité, 1978
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 18:52

 

 

Vendredi  27  novembre

 

14 H 30  ou  20 H 00

 

  au centre paroissial

28, rue de la République à Commentry

 

Conférence de l’Avent

 

donnée par le Père Broult 

 

" Soyez miséricordieux

      comme votre Père est miséricordieux »

 

 

Temps de l'Avent
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 16:56

L’ Evangile  selon  Saint  Luc  .

 

          Le Groupe Biblique a repris ses activités (voir les dates dans les bulletins mensuels). Un grand merci à Joseph pour ce qu’il a partagé avec nous autour des Prophètes de l’Ancien Testament  et  des Actes des Apôtres. Cette année, c’est l’Evangile de Luc qui est abordé. Le groupe reste ouvert à tous : il n’est pas nécessaire d’avoir entrepris de hautes études théologiques pour venir !

          Ce qui suit voudrait apporter un éclairage complémentaire,  principalement à partir des méditations du Pape François qui, dans un langage simple et percutant, actualise pour nous la Parole de Dieu.

          Luc veut présenter son œuvre au monde grec, avec un grand souci de clarté. Ce croyant, fermement attaché au Sauveur, se fait « peintre » de la douceur du Christ. Il s’appuie sur la tradition de ceux qui ont été des témoins et sont devenus des serviteurs de la Parole, les Apôtres. Le thème central : l’œuvre et la personne de Jésus. Son récit se place dans la perspective de l’histoire du Salut  et  montre un intérêt tout particulier pour les petits, les pauvres, les humbles. La vie du disciple y est définie par la conversion, la charité fraternelle, la prière, le renoncement …  et  la joie.

 

          L’Annonciation (1, 26-38)

C’est une invitation à la joie face à la Grâce toute gratuite de Dieu dans Son amour bienveillant. Marie n’est qu’écoute accueillante.  « Sois sans crainte, avait dit l’Ange à Marie en lui annonçant l’Incarnation du Verbe. Soyez sans crainte, a répété bien des fois Jésus à Ses disciples. C’est un mot qui donne confiance et engendre l’Espérance. Il le répète depuis plus de 20 siècles. Il le dit dans le silence de chaque cœur souffrant, angoissé, déboussolé. Il le dit dans les moments historiques de perplexité. Il le dit dans les arènes de tous les Colisées de l’histoire. Il le dit dans chaque blessure humaine. » (Cardinal Bergoglio, Vigile Pascale 2005)

 

          La  Visitation (1, 39-56)

Marie incarne l’Eglise en mission : l’une et l’autre disent le Salut. Elisabeth connaît alors quel enfant elle porte : un prophète qui voit arriver le temps où Dieu fait grâce. Marie, elle, a dit oui à l’Amour de Dieu, elle a adhéré à la Parole qui lui offrait cette Grâce.  « Nous les chrétiens, nous ne sommes pas tellement habitués à parler de joie. Nous aimons davantage les plaintes ! Qu’est-ce que la joie ? La clef pour comprendre est ce que nous dit l’Evangile : Elisabeth fut comblée du Saint Esprit. Ce qui nous donne la joie, c’est  le  Saint  Esprit. »

 

          Le  Magnificat (1, 46-56)

Ce chant est inspiré des textes de l’Ancien Testament. Marie commence par une louange. Elle inscrit ce qu’elle vit dans l’histoire du Salut, mais s’appelle elle-même « la servante ». Ce que le Seigneur fait en elle est l’accomplissement des bienfaits de toutes les promesses en faveur d’Israël. Il y est question d’humilité et du programme qu’annoncera Jésus : le Royaume où toutes les valeurs sont renversées. Le texte  chanté chaque soir pour les Vêpres, imprègne toujours profondément la vie de l’Eglise. Marie nous y enseigne  que la vraie richesse ne se trouve pas là où l’on pense et permet de nous situer en vérité face à Dieu.

 

          Le Cantique de Zacharie (1, 67-79)

Il rythme lui aussi, chaque matin, la louange des communautés. Il célèbre le Dieu d’Israël qui sauve Son peuple et va envoyer Son fils dont Jean Baptiste est le précurseur. Saint Jean Paul II y voit  « un condensé de l’histoire du Salut, la découverte du sens intime et profond de toute l’existence humaine, guidée par la main cachée mais active du Seigneur qui se mêle à celle plus faible et incertaine de l’homme. » Le dernier mot, paix, peut nous inviter à une méditation et au discernement sur la marche du monde. C’est un chemin sur lequel Dieu guide les pas de l’homme, mais un horizon à bâtir chaque jour !

 

          La naissance de Jésus (2, 1-21)

« Tout se fait sur la voie de l’humilité. Dieu, humble, s’abaisse et vient à nous. Et Il continuera de s’abaisser jusqu’à la Croix .Marie aussi s’abaisse : elle ne comprend pas bien, elle comprend seulement l’essentiel : elle laisse son âme à la volonté de Dieu. Demandons la grâce de l’humilité, voie par laquelle passe assurément la charité. » (8 avril 2013)

Le cadre de vie des bergers devient lieu de la présence de Dieu. Mais c’est notre Foi qui est sollicité, pas notre imagination ! Le Salut et la Paix sont donnés aujourd’hui aux hommes en raison de la bienveillance de Dieu. Voilà les bergers devant le « signe donné ». A leur tour, ils font connaître ce qui leur a été dit de cet enfant. Après eux, les Apôtres, tous les chrétiens    jusqu’à nous ne font que recevoir et redire cette Parole venue de Dieu. Marie quant à elle rapproche, ajuste ensemble tous ces événements et les médite dans son cœur ; sa Foi grandit.

« Jésus Se manifeste aux simples. Ni les aspects sociaux ni la science de ce monde ne sont pris en considération dans les préférences de Dieu, mais la simplicité et l’humilité qui font en sorte qu’un homme, s’intégrant dans l’histoire, le fasse comme Celui qui donne un sens au chemin tout entier. »  (Pape François, dans « Esprit ouvert… »

 

          La présentation de Jésus au Temple (2, 22-38)

« Pensons à ce moment où Marie et Joseph conduisent Jésus au Temple pour y accomplir la Loi. C’est la fidélité qui a mûri pendant tant d’années et qui a pour effet que cet Enfant vienne et leur donne la joie. »  Syméon Le reconnaît comme le Christ, Le célèbre comme le Salut de Dieu, Lumière des nations, Gloire d’Israël. C’est l’annonce de Sa mission universelle. Mais Il sera un signe contesté, car Il n’apporte pas un Salut tout fait mais appelle au Salut par la Foi. L’oracle laisse dons entrevoir qu’on peut le refuser …

 

          Jésus à 12 ans , au Temple (2, 41-52)

S’il se fond dans la coutume religieuse de Son peuple, Il devient pour la première fois l’acteur principal. Ses parents Le retrouvent dans une situation et une attitude qui les étonnent, « assis au milieu des maîtres». Il parle, interroge, répond de manière stupéfiante, explique les Ecritures … « il faut que … » Jésus réutilisera cette expression pour parler de la mission qui Lui est confiée. Elle traduit à la fois une nécessité  et  une fidélité qui s’imposent au plus profond de Son cœur, pas un décret arbitraire qu’Il serait contraint de suivre. Il veut Se conformer, dans tout ce qu’Il vit au dessein de Son Père .Jésus oriente vers Dieu le regard de Ses parents … et le nôtre !  « Je viens faire Ta volonté » (Psaume 40)

« L’émerveillement saisit ceux qui écoutaient Jésus ; c’est la première chose que fait la Parole de Dieu .Ensuite, elle donne la joie, car c’est un moment où Elle est semée dans notre cœur … Mais il faut garder cet émerveillement toute notre vie ! Cela  signifie ouvrir notre cœur , comme la terre s’ouvre pour recevoir la semence .Il faut garder la Parole , elle nous aide à rappeler tout ce que le Seigneur fait dans notre vie. » (8 juin 2013)

 

          Le  Baptême de Jésus (3, 21-38)

Sur les bords du Jourdain, Jean annonce un baptême de conversion en vue du pardon des péchés. Son discours attire les foules, un pêle-mêle de publicains, soldats, petites gens déconsidérés par les scribes et docteurs de la Loi. Jésus aussi est baptisé, un parmi tous les autres. Mais une révélation vient alors du ciel et Sa prière coïncide avec la venue de l’Esprit Saint. Jésus fait de nous le peule de fils que Dieu attend.

          Les tentations  (4, 1-13)

Le diable va essayer de rompre cette relation unique de Jésus avec Son Père : que Jésus tire profit de sa filiation ! qu’Il obtienne la royauté sur le monde ! qu’Il échappe à la mort ! Mais Jésus ne veut pas Se soustraire à Sa condition humaine, ne veut pas céder à l’attrait de la puissance et du prestige et refuse que la Parole soit détournée de son sens … Toute Sa vie , S’est investi dans la lutte contre le mal qui s’attaque à l’homme , le blesse et le sépare de Dieu

« D’où vient la tentation ? Comment agit-elle en nous ? Saint Jacques a observé qu’elle vient de nos propres passions, de nos faiblesses intérieures, des blessures laissées en nous. Elle nous enferme dans un milieu dont on ne peut pas sortir facilement et nous conduit au péché .Arrête-toi .Reste tranquille, lève les yeux, regarde l’horizon, ne te ferme pas, va de l’avant ! Cette Parole de Dieu nous empêchera de tomber au moment de la tentation. » (18 février 2014)

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 16:04

Le livre des Actes des Apôtres Ch 25 à 28

 

 

          Ch 25, 1-12 : Un nouveau gouverneur ajourne le moment de rendre justice à Paul . Celui-ci , bien déterminé à faire éclater la vérité, et comme citoyen romain, en appelle à l’Empereur.

 

          Ch 25, 13-27 : Il semble anormal de l’emprisonner sans préciser les charges qui pèsent contre lui …

 

          Ch 26 : Paul insiste sur sa qualité de « bon » juif et renouvelle le récit de sa conversion. « J’espère en la promesse que Dieu a faite à nos ancêtres.» Les versets 16-18  apparaissent comme un condensé du contenu de l’Evangile.  19 – 23 : Paul a obéi à l’appel du Seigneur, a tenu bon grâce au secours de Dieu. Son message s’inscrit dans la continuité de Moïse et des Prophètes. L’œuvre du témoins du Christ, inspirée de Son Esprit, n’est autre que l’œuvre de   Jésus  ressuscité.  Sa Foi s’exprime avec force (24 – 32)

 

          Ch 27 : Voilà Paul embarqué, sous la surveillance d’un centurion romain. La navigation est très risquée. Est-il possible de naviguer encore quand plus rien n’est stable et que la tempête fait rage ? D’où viendra le secours ? C’est dans ces moments que se vérifie la confiance en Dieu :  «  N’ aie  pas  peur ! » (27 , 24) Dieu ne jette pas les hommes dans la tempête (pas seulement en mer). Ceux-ci utilisent toutes leurs capacités pour lutter. Dieu demeure avec eux dans le tumulte et les aidera, à Sa mystérieuse façon, à parvenir sur l’autre riv . Face aux dangers mortels, Paul agit surtout en rassembleur et montre de nouveau une foi inébranlable (27 , 25)

 

          28 , 1 – 10 : Après un sauvetage miraculeux, les hommes reçoivent un accueil plein de gentillesse à Malte. La Bonne Nouvelle va y être également annoncée.

 

Versets 11 – 16 : Paul aurait pu appréhender l’accueil qui lui serait réservé à Rome. Le voici placé en résidence surveillée. Il lance une nouvelle protestation d’innocence (17 – 22) Il s’agit d’ouvrir l’esprit et le cœur à des réalités que ses auditeurs n’entrevoyaient même pas. Pas comme ces représentants de commerce qui arrivent à convaincre des gens trop naïfs d’acheter des objets dont ils n’ont pas besoin ! Pas comme une secte, avec des assaillants qui veulent imposer ce qu’ils prétendent être la vérité !

 

Versets 23 – 31 : la foi ne se trouve pas au bout d’une liste d’arguments venus de l’extérieur. Il  faut  des  hommes  et  des  femmes  dont  les   paroles  et  des  actes  posent  question : d’où leur vient cet amour ? cette fraternité ? cette confiance ?  Des hommes et des femmes dont la vie porte les couleurs de l’Evangile  et  laisse résonner la Parole du Christ !  « Souvent nous trouvons , parmi les fidèles, des petites vieilles simples qui n’ont pas fini l’école élémentaire, mais qui parlent des choses mieux qu’un théologien, parce qu’  elles  ont  l’ Esprit  du  Christ. Paul n’avait pas suivi les cours au Latran ou à la Grégorienne, mais  il  parlait  suivant  l’ Esprit  de  Dieu. » (1)

          Comme au temps de Paul, aujourd’hui aussi, des personnes innocentes sont jetées en prison ; la haine de l’autre, différent par sa religion, entraîne guerres et persécutions ; des citoyens s’opposent quand des privilèges sont accordés à une poignée de nantis, quand la misère des  migrants  est acceptée dans l’indifférence générale. Avec une conscience éclairée par l’Evangile, les chrétiens se doivent de travailler à la civilisation de l’amour. Debout pour vivre l’Evangile ! Que le Seigneur accroche, amarre, notre vie à sa Parole de lumière !

 

Résultat de recherche d'images pour "coeur avec des mains"

 

« Dans la vie, des  tribulations  nous attendent : le fait de passer par des moments sombres, difficiles, fait partie de la vie. Paul  conseille  d’ entrer  dans  le   Royaume  de  Dieu  par  de  nombreuses  tribulations. Il s’ agit de la lutte chrétienne …Un chrétien peut les supporter en s’en remettant au Seigneur : Lui seul est capable de nous donner la persévérance dans la Foi, l’Espérance. Seigneur, je te confie cela, fais-le aller de l’avant ! Belle prière chrétienne ! Et  Lui  nous répond par la paix ! » (2)

          Paul continue d’annoncer, d’enseigner, avec une assurance totale (28 , 30 – 31). Car aucun obstacle humain ne saurait entraver le message du Salut !  «L’ Apôtre rendra le témoignage suprême de sang sous l’Empereur Néron à Rome. En raison de la jalousie et de la discorde, il fut obligé de nous montrer comment on obtient le prix de la patience. Après avoir prêché la justice au monde et être parvenu jusqu’aux frontières extrèmes de l’Occident, il subit le martyre. C’est ainsi qu’il partit de ce monde et rejoignit le lieu saint, devenu par cela le plus grand modèle de persévérance. » (3)

          Que  l’ Esprit Saint vienne en nous nous inspirer des actes … d’ apôtres !

 

  1.  : Méditation matinale du Pape François , le 2 sept. 2014
  2.  : id . le 5 mai 2015
  3.  : Benoît XVI , citant un de ses prédécesseurs du 1er siècle , le 25 oct . 2006
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 20:30

Actes  des  Apôtres : 21,18  à  24,27

 

       21 , 17-36 : Paul rend compte de son ministère parmi les païens , ce qui amène ses frères à glorifier Dieu . Il rappelle la décision qu’il a prise. Mais des rumeurs circulent et il doit prouver qu’il ne renie pas son appartenance au peuple de Dieu. Les Anciens considèrent qu’il a loyalement fait appliquer les décrets dans les communautés qu’il a fondées. Le voilà reconnu par ses farouches adversaires qui suscitent une émeute et bientôt arrêté .

« Paul a affronté des épreuves difficiles, exerçant avec une générosité absolue ce qu’il appelle le souci de toutes les Eglises. Nous voyons un engagement qui ne s’explique que par une âme réellement fascinée par la lumière de l’Evangile, amoureuse du Christ, une âme soutenue par une  conviction profonde : il est nécessaire d’apporter au monde la lumière du Christ, d’annoncer  l’Evangile à tous. »  (1)

 

          21 , 37 – 22 , 24 : Face à la foule, Paul essaie de se justifier et dans un vibrant plaidoyer fait une nouvelle fois le récit de sa conversion et de sa vocation .

 

          22 , 30 – 23 , 11 : Le voici devant le Grand Conseil, sûr de lui. L’humilité chrétienne ne consiste pas à tout accepter , passivement ! Le témoignage du croyant implique aussi d’oser remettre en place ceux qui détiennent un pouvoir et qui en abusent . C’est avec une grande audace qu’il déclare (23 , 6 ) : « c’est parce que j’espère en la Résurrection des morts que je suis mis en jugement . »

 

« Le point essentiel pour Paul, c’est d’être témoin de la Résurrection .Arrêté et accusé, il indique quel est le sens de sa prédication … Pourquoi la Résurrection est-elle pour lui  et pour nous aujourd’hui un thème aussi déterminant ? Paul donne solennellement une réponse au début de sa lettre aux Romains :la nouveauté de la Résurrection  consiste dans le fait que Jésus , élevé de l’humilité de Son existence terrestre, est constitué Fils de Dieu … C’est pourquoi avec la Résurrection commence l’annonce de l’Evangile à tous les peuples … Cela comporte d’importantes conséquences pour notre vie de Foi : nous sommes appelés à participer jusqu’au plus profond de notre être à tout l’événement de la mort et de la Résurrection du Christ   et   nous croyons que  nous  vivrons  aussi  avec  Lui . » (2)

 

       23 , 11 :  « Courage ! Tu m’as rendu témoignage ici , à Jérusalem et il faut aussi que tu le fasses à Rome. »  Le Seigneur, apparu à Paul , lui assure que rien ne saurait contrecarrer sa volonté .

« Seul l’Esprit Saint nous donne la force d’annoncer Jésus Christ jusqu’au témoignage final …Aujourd’hui  aussi  le  message  de  l’ Eglise  est  le  message  du  chemin  de  la    franchise, du  courage  chrétien. L’ Esprit Saint est le seul qui est capable de nous donner cette grâce du courage d’annoncer Jésus Christ . Nous ne faisons pas de publicité pour avoir plus de membres dans notre société spirituelle ! Ce que le chrétien fait , c’est d’annoncer avec courage et cette annonce provoque   cet  émerveillement  qui  nous  fait  aller  de  l’ avant . »  (3)

 

          23 , 12  -  24 – 27 :  Le fanatisme religieux conduit à un haut degré de haine . Le conflit entre les juifs concerne –t-il  vraiment la justice romaine ? Paul est accusé « officiellement » d’avoir semé la révolte et profané le Temple . ..

 

 

 

  1. Catéchèse de Benoît XVI   le 27 août 2008
  2. Id. le 5 novembre 2008
  3. Méditation matinale du Pape François le 13 avril 20015

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 15:14

La  3ème mission de Paul

 

(Actes, Ch 19  à 21,17)

 

          Paul fait d’Ephèse le centre de son 3ème voyage missionnaire ; de là , il rayonne dans toute la région . Il y forme des disciples , mais son séjour n’est pas de tout repos … Luc aborde des thèmes variés : l’affermissement des communautés par une nouvelle visite , la venue de l’Esprit Saint , la diffusion de la Bonne Nouvelle , la multiplication des prodiges , la croissance de la Parole , la critique de l’appât du gain , la dénonciation des idoles …

 

          « Annoncer la Parole (19,20) : concrètement cette parole est constituée par la Croix et la Résurrection du Christ , dans lesquelles les Ecritures se sont révélées . Ce Mystère annoncé dans la Parole se réalise dans les Sacrements et devient ensuite réalité dans la charité chrétienne. L’œuvre évangélisatrice de Paul n’a pas d’autre finalité que d’implanter la communauté des croyants dans le Christ. » (1)

 

 

          Ch. 20 : Le regard s’oriente vers l’avenir , vers Jérusalem et bientôt Rome . Paul va affronter l’humiliation et la prison . L’évocation du triomphe de la vie (20 , 1-12) sonne comme un encouragement . Paul prononce un discours d’adieu (20 , 17-38) destiné aux responsables des communautés et aux anciens .Des problèmes sont apparus dans les églises locales : comment s’organiser ? comment se situer face au judaïsme et aux autorités romaines ? comment ne pas se laisser endoctriner par le premier venu ? Nous pouvons brosser un portrait de ces  responsables  , qui aujourd’hui aussi ne doivent pas être des commandants en chef qui décident de tout à leur guise , ni des PDG qui donnent des ordres à exécuter !  Leur  mission  prend  source  dans  le  Christ . Ils célèbrent le Christ. Ils animent , ils mettent en mouvement , ils font souffler le vent de l’Evangile . Ils coordonnent leurs efforts et font appel aux capacités de tous . Ils maintiennent la communauté éveillée à la nouveauté de l’Evangile . Ils veillent les uns sur les autres pour s’éclairer . Ils ont le souci de l’unité . Leur mission n’est ni un honneur , ni une distinction , c’est une responsabilité . Leur premier travail est de manifester , par leur vie , l’humilité du Christ Lui-même . Les responsables sont donc des témoins et des serviteurs .

 

          « L’Eglise a été présente dans les pensées , le cœur et l’activité de Paul . Elle le fut dans la mesure où il fonda de nombreuses Eglises dans les différentes villes où il se rendait en tant qu’évangélisateur . Certaines de ces Eglises furent sources  de préoccupations et de déceptions … Il  se  sentait  lié  aux  communautés  qu’ il  avait  fondées , d’ une  manière  non  pas  froide  et  bureaucratique  , mais  intense  et  passionnée . »  (2)

 

          «  Il  y  a  plus  de  bonheur  à  donner  qu’ à  recevoir » (20 , 35) L’attention aux pauvres est un devoir pour  toute communauté . On sait avec quelle force , aujourd’hui , le Pape François nous le rappelle sans cesse  , et particulièrement dans  la Joie de l’Evangile : au n° 187 , 188 , 192 , 195 , 197 , 198 , 199 … Oui , « les pauvres ont une place de choix dans le cœur  de Dieu ! » . Ce sont , aujourd’hui ,  « les sans-abri , les toxico-dépendants , les réfugiés , les populations indigènes, les personnes âgées seules et abandonnées , les migrants , nos frères esclaves dans la petite usine clandestine , dans le réseau de prostitution , dans la mendicité … les femmes qui souffrent de situations d’exclusion , de maltraitance et de violence… »  (n° 210 – 212)

 

 

 

          Ch. 21 : Luc met en parallèle  la monté de Jésus à Jérusalem avant sa mort  et  la vie de Paul . Ce n’est pas seulement le rappel d’un souvenir .  « Que  la  volonté  du  Seigneur  se  fasse ! » (21 , 14) :  Luc invite ses lecteurs à faire comme Paul , à suivre la même route que Jésus , à  entrer  dans  la  volonté  de  Dieu .

« C’est l’ensemble du dessein de Dieu : que nous devenions ses fils en Jésus … Chaque croyant peut redire cette invocation aux heures d’épreuve , de fatigue , de souffrance , alors qu’il lui coûte de faire la volonté de Dieu … Mais c’est aussi éprouver de la joie à la voir s’accomplir en nous-mêmes  ou  dans le monde . C’est l’invocation des hommes et des femmes en si grand nombre qui engagent toutes leurs forces pour que triomphent la justice , l’honnêteté et la paix … Qu’elle s’accomplisse dans le sillage de Marie ! Sans comprendre tout , elle adhérait à tout . Chaque jour, elle a dû recommencer à reconnaître Dieu dans sa vie autrement qu’elle ne l’avait prévu . Jour après jour, elle a continué à croire que c’étaient des merveilles que le Seigneur faisait ainsi dans la pauvreté, la déception, la souffrance, le déchirement de Sa servante … Ce n’est ni la précipitation d’une générosité orgueilleuse ou présomptueuse,  ni la résignation ! »  (3)

 

 

 

  1.  : catéchèse de Benoît  XVI le 15 oct 2008
  2.  : id , le 22 nov 2006
  3.  : Cardinal Martini , ancien Archevêque de Milan
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 19:03

Les  Actes  des  Apôtres  ( ch 15  à  18 )

 

          Ch . 15 :  « L’ Assemblée de Jérusalem se déroula à un moment de tension importante au sein de la communauté des origines . Fallait-il demander aux païens qui adhéraient à Jésus-Christ la circoncision ? Pouvait-on les laisser libres de la Loi de Moïse , c’est-à-dire de l’observance des normes nécessaires pour des hommes justes , qui obtempèrent à la Loi , et libres des normes concernant les aliments purs et impurs , et le Sabbat ? » (1)

 

Pierre présente (versets 7 à 11)une synthèse de sa prédication en Judée : « Nous sommes sauvés par   la  g r â c e   du   S e i g n e u r  J é s u s  ,  de la même manière qu’eux . » Paul et Barnabé confirment comment Dieu Lui-même a été à l’œuvre dans leur mission . Quant à Jacques , soucieux de ne pas rompre la communion , il propose un compromis qui permet l’apaisement . L’affirmation du verset 28  « l’Esprit Saint et nous-mêmes avons décidé … » pourrait nous paraître un peu osée , ce serait oublier que  « l’ E s p r i t , qui agit dans toute l’Eglise , conduit les Apôtres pour entreprendre de nouvelles routes en vue de réaliser Ses projets : c’ est  Lui  l’artisan principal de l’édification de l’Eglise . » (1)

15 . 36 -41 : Paul poursuit sa mission avec de nouveaux collaborateurs , Silas et Thimotée . La route est pleine d’imprévus ; la Parole de Dieu n’est pas confiée à des surhommes et il arrive à Paul d’être parfois en désaccord avec son entourage . Mais pourquoi faudrait-il cacher les divergences ? Pour donner l’impression de bien s’entendre ? Une communauté chrétienne n’est pas un club de bienséance où il faudrait sauvegarder une image d’harmonie  au détriment du dynamisme indispensable pour communiquer l’Evangile   !

 

           Et c’est grâce à un élan retrouvé , pas une avancée conquérante , que  « les Eglises se fortifiaient dans la Foi et grandissaient en nombre de jour en jour. » (16 . 5) Difficile de résister à la Bonne Nouvelle ! Le gardien qui veille sur Paul et Silas , jetés injustement en prison , remettant en question le sens profond de sa vie face à leur comportement ,  demande : Que dois-je faire pour  ê t r e   s a u v é ? » Il reçoit aussitôt la réponse claire , véritable condensé de la Foi :  « Crois  au  Seigneur  Jésus   et   tu seras sauvé ! » Baptisé sur le champ , le voilà  « r e m p l i   de   j o i e  d’ avoir cru en Dieu . » Et nous , sommes-nous joyeux de  L’ avoir  rencontré ?  « Nous avons peur de la proximité de Jésus . Cette attitude explique pourquoi il y a tant de chrétiens dont la vie semble un enterrement perpétuel . Des chrétiens qui se meuvent mieux   non pas dans  la  lumière  de  la  joie  , mais dans les ombres. Tout comme ces animaux qui ne réussissent qu’à sortir la nuit . Comme les chauves-souris ! Il y a des chrétiens chauves-souris  … Jésus donne la joie , la joie d’être chrétien , de Le suivre de près , d’aller sur les routes des Béatitudes avec Lui . » (2)

 

          Ch 17 : A Thessalonique , Paul et Silas connaissent un certain succès , mais aussi l’hostilité de Juifs « remplis de jalousie » : le message des missionnaires dérange ! Paul gardera un souvenir plutôt pénible de son séjour à Athènes . il s’adresse au tout venant sur la place publique et le voilà aussi confronté à l’élite cultivée de l’humanisme grec . Il va partir de la recherche religieuse des Grecs et des païens , de leurs temples , dieux , croyances , idoles , de la pensée des philosophes . Il essaie de les conduire au Dieu Créateur .  « En réalité , Dieu n’est pas loin de chacun de nous . » (17 .27) Mais il se heurte à un refus quand il parle de la Résurrection ; pour ses auditeurs , il faut être barbare pour croire à de pareilles inepties …Au verset 30 « Dieu appelle maintenant tous les hommes , en tous lieux , à  changer  de  comportement . » il est question de cet aujourd’hui de Dieu qui nous concerne tous . De façon mystérieuse , Dieu S’est révélé à des civilisations très différentes . Chaque peuple est capable , avec son originalité , de recevoir l’Evangile qui l’appelle à être attentif à chaque individu , à soutenir les faibles , à partager . C’est à travers l’amour offert à toux ceux qui sont créés à Son image qu’on Le sert  et  qu’on  Le loue .

 

          CH 18 : direction Corinthe ; Paul y trouve Aquilas et Pricille , déjà chrétiens . Il va exercer chez eux un métier manuel . Cette ville , à la population cosmopolite composée pour moitié d’esclaves , a une renommée de vie de débauche . Ces pauvres , méprisés , seront cependant touchés : « Beaucoup crurent et furent baptisés. » (v.8) Car chacun demeure un être aimé de Dieu ; à chacun , Dieu destine l’intégralité de Son Amour . Paul est exhorté par le Seigneur toujours à l’œuvre à poursuivre :  « N’aie pas peur , continue à parler , ne te tais pas , car je suis avec toi ! » (verset 9et 10)

 

          Porter l’Evangile n’exige pas de lointaines et périlleuses expéditions !  « VOYAGER » , c’est nous rendre d’abord sur le terrain de l’habituelle existence quotidienne : famille , profession , loisirs , engagements …, paroisse  et être solidaires de tous ces hommes qui appellent au secours à cause de la guerre , de la faim , des maladies , des catastrophes , de l’oppression , du désespoir , de la misère , des injustices , du chômage ...

 

 

 

 

 

 

 

 

  1.  Catéchèse de Benoît XVI  le 1er octobre 2008
  2.  Méditation matinale du Pape François le 24 avril 2014
Groupe biblique
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article