Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

       Paroisse  de  la      Sainte  Famille

                   28, rue de la République 03600 Commentry    Tel : 04 70 64 32 35 

                                              saintefamille03600@orange.fr    

         Diocèse de Moulins  

                                                                                                                                        Les 27 clochers de la paroisse

 

28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 17:12

Télécharger le bulletin mensuel du mois de juin 2016

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Bulletin mensuel
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 20:36
Sacré-Coeur de Jésus

 

Vendredi 3  juin  2016 : Fête  du  Sacré-Cœur  de  Jésus

 

 

          Dans le cadre de l’Année de la Miséricorde, cette fête prend une importance particulière avec le Pèlerinage diocésain à Paray le Monial. Le Cœur de Jésus, ce symbole divin, qu’a-t-il à dire à notre temps ? Aux hommes trop pressés qui accordent bien peu d’attention à la Parole de Dieu, le Cœur de Jésus redit inlassablement l’essentiel :  Il nous aime tous, sans condition !

 

          Toutes les œuvres apostoliques sont des manières de répondre à cet Amour. C’est ce qu’ont bien compris de très nombreuses congrégations, associations, paroisses, écoles  … qui se sont mises sous la protection du Sacré-Cœur. Honorer le Cœur de Jésus qui nous aime tous tant, c’est nous efforcer de mener, nous aussi, une vie animée par l’amour pour Dieu  et  pour le prochain. Nos actions, nos paroles, nos pensées, tout ce qui constitue nos vies, doit manifester cet amour.

 

          Benoît XVI nous rappelait que : «le centre du Christianisme nous est présenté dans le Cœur de Jésus. En Lui, tout est dit, c’est la nouveauté proprement poignante qui surgit au sein de la Nouvelle Alliance. Ce Cœur interpelle notre cœur : Il nous invite à aimer à notre tour, en nous donnant à Lui et en trouvant avec Lui la plénitude de l’ Amour qui seul est éternel  et  maintient le monde en cohésion.»

 

          Et le Pape François précisait l’an dernier : «Le sens de la Fête du Sacré-Cœur est de découvrir toujours plus  et  de nous laisser envelopper par l’humble fidélité et par la douceur de   l’amour  du  Christ qui  nous révèle  la Miséricorde du Père. Nous pouvons expérimenter  et  goûter la tendresse de cet amour à toutes les saisons de la vie : au temps de la joie et dans celui de la tristesse, au temps de la santé et dans celui de l’infirmité. La fidélité de Dieu nous apprend à accueillir la vie comme l’avénement de Son amour et nous permet de témoigner de cet  amour  pour nos  frères  dans  un  service  humble  et  doux. »

 

 

 

          Sites  à  consulter :

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 19:02

 

     Départ du centre paroissial ce matin à 08 H 00 sous un beau soleil de printemps. Un soleil comme on n'avait pas vu depuis quelques jours. Nous étions une soixante de jeunes et accompagnants à partir en direction de la Montagne bourbonnaise.

Arrivée à Chatel-Montagne et visite de l’église ( une des plus belles églises du diocèse nous dit notre curé ! )

Direction le  château de Montgilbert à Ferrières sur Sichon . Après un tour des lieux, déjeuner pique-nique et jeu détente.

 Début d'après-midi, promenade à Vichy, passage obligé aux sources et dégustation de l'eau de Vichy Célestin

A 16 H 00 visite de l'église Notre Dame des malades / Saint Blaise ( que de vitraux colorés ! ) et célébration de la messe.

Une journée bien remplie. Merci aux jeunes participants, aux accompagnateurs ( catéchistes et parents ) et au Père Broult pour la visite des différents lieux.

A l'année prochaine !

 

 

sortie KT
sortie KT
sortie KT
sortie KT
sortie KT
sortie KT
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Jeunes
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 17:45

 

Sur  la  route  qui  conduit  Jésus  à  Jérusalem  (suite)

                Evangile  de  LUC  13, 22  -  17, 10

 

 

 

13, 22 – 35 : Serai-je sauvé ?  « la seule réponse possible, on la reçoit de Jésus : efforcez-vous d’entrer par la porte étroite. Il insiste sur l’engagement que chacun doit prendre pour transformer sa vie en prenant celle du Christ comme chemin de vie. Les Chrétiens ne peuvent se contenter de pratiques religieuses et d’œuvres pieuses… »

14, 1-6 :  La vraie loi : « n’être attaché qu’à la loi conduit à la fermeture et à l’égoïsme, à l’orgueil de se sentir justes. Il s’agit seulement de se faire voir… L’autre route, qui va de l’amour à la connaissance et au discernement conduit à la rencontre avec Jésus. La proximité de Jésus est le pont qui nous rapproche de Dieu.»

14, 12-24 : les vraies valeurs, le sens de nos comportements :  «ne pas dire, bien sûr, moi je te rends ce service, mais toi, tu me fais ceci ou cela. Jésus le rappelle en racontant l’invitation à dîner de ceux qui ne peuvent rien donner en échange : c’est la gratuité . .. Demandons-nous : comment est ma paroisse ? Ma communauté ? Ont- elles cet esprit d’amour, de concorde sans rivalité ou vanité ? Vivent-elles avec humilité ? »

14, 25-35 : Etre disciples de Jésus, c’est : «faire de notre vie un don, comme Il l’a fait le premier . Tenir jusqu’au bout, comme Lui. Mais Jésus n’est pas une star qui suscite des fans ! Il a révélé ce que personne n’avait eu l’idée de proclamer… Pour que l’amour de l’autre atteigne la mesure d’un amour sans calcul, il faut Le préférer, Lui, Jésus, et aimer comme Il l’a fait. C’est le seul comportement pour aboutir à notre vérité, même s’il faut passer per un témoignage coûteux.»

15, 1-32 :  Les Paraboles de la Miséricorde : «pour des personnes strictes pour qui Dieu est très grand , omnipotent , très exigeant , il va de soi que les pécheurs de tous calibres n’ont pas accès à Lui , ils sont rejetés . La  grandeur de Dieu est d’aimer sans mesure et de cet  Amour, personne n’est exclu. Toute la passion de Dieu pour l’homme transparaît dans ces trois paraboles. Quand les pécheurs perçoivent cet Amour, leur vie est retournée, transformée ; ils  partagent  la  joie  de  Dieu … Tu t’es appauvri, c’est vrai. Mais il te reste ce qui a le plus de valeur : la lueur de ta dignité toujours intacte et cette étincelle d’Espérance qui se rallume chaque jour. Il te reste cette réserve spirituelle dont tu as hérité… Laisse-toi réconcilier avec Dieu ! … Le pardon nous est toujours acquis, le don toujours offert attend d’avoir preneur. »

 

16 , 1-13 : La vraie richesse de l’homme : «l’argent donne au gérant l’illusion du pouvoir. Le Christ nous avertit de ne pas nous laisser prendre à ce mirage. Ce que je possède, j’en suis le dépositaire, pour une bonne gestion au service des autres. Ne pas penser qu’à soi est un gage d’avenir : c’est le don, le partage au terme d’un travail qui font fructifier les qualités, les talents. »

16 , 19-31 : Comment rater sa vie ? Comment la réussir ? :  « la richesse obscurcit le regard et sclérose le cœur … Le bonheur ne se situe pas dans l’avoir, mais dans la relation. »

17 , 1-6 :  Pécheurs, oui, corrompus, non ! :  « les corrompus ne savent pas ce qu’est l’humilité. Ils ne vivent pas dans l’esprit de l’ Evangile, mais dans l’esprit de la mondanité. Une pourriture recouverte de peinture, telle est la vie du corrompu … Un chrétien qui n’est pas capable de pardonner scandalise ! » Comme les Apôtres, supplions le  Seigneur : « augmente en nous la Foi ! »

17 , 7-10 : On ne se situe pas vis-à-vis de Dieu dans des relations de marchandage !  « comment doit être notre Foi ? Une Foi encadrée dans le service à Dieu  et  à notre prochain.  Un  service  humble, gratuit, généreux, jamais à moitié … Nous pouvons nous éloigner de cette attitude de service, un peu par paresse qui rend le cœur tiède et conduit à l’égoïsme. De très nombreux chrétiens sont bons ,ils vont à la messe, mais en ce qui concerne le service, ils se mettent en jeu jusqu’à un certain point … »

 

Toutes  les  citations  sont tirées des méditations matinales du Pape François à la Chapelle de la Maison Sainte Marthe, ou d’homélies lorsqu’il était Archevêque de Buenos Aires .

 

Groupe biblique
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 13:23
La joie de l'amour

Suite  à  la  publication  de  l’ Exhortation « la joie de l’ amour »

 

          Les réactions se multiplient dans la presse catholique, sur le site Internet des Evêques de France … Récemment, le Cardinal Vingt – Trois, Archevêque de Paris, a présenté sur la chaîne  KTO  les points essentiels d’un document qui fera date.

          Pour le Pape, il ne s’agissait de brosser un portrait apocalyptique de la Famille, mais de montrer comment la vie des familles se trouve confrontée à des réalités différentes, aux Philippines, en Afrique, en Europe … partout dans le monde. D’où viennent les réticences des jeunes à oser s’engager dans l’aventure familiale ? L’expérience des Chrétiens doit être une ressource pour ceux qui sont face aux difficultés : qu’ils se sentent porteurs d’un message d’Espérance ! Même s’il faut surmonter des défis, la force et la joie de l’amour dans la famille sont possibles !

          Le Cardinal a analysé les points d’appui qui caractérisent la démarche du Pape :

  • La  Synodalité : les disciples du Christ sont engagés ensemble dans une marche commune à Sa suite. Certes, les rôles sont différents, mais  personne ne peut les exercer sans la communion avec tout le peuple de Dieu. Par ailleurs, ceux qui attendaient de nouvelles règles auront pu être déçus, l’Exhortation n’apporte pas de solution universelle à des problèmes particuliers. Tout n’est pas conçu dans le bureau du Pape, les Pères des deux Synodes ont eu des débats ouverts : « pas de camouflage des convictions ! »  Déception aussi pour « ceux qui organisaient des magouilles latérales en coulisses et qui ont vu s’écrouler leur fond de commerce…» Le Pape s’est résolument engagé dans une vision  pratique et spirituelle.
  • La  Théologie morale : quels sont les rapports entre  l o i,   l i b e r t é   et   conscience ? Rappeler la loi est bon, mais ne saurait suffire. Il faut que les sujets arrivent à prendre une décision personnelle dans les situations qu’ils vivent : comment la loi peut-elle s’appliquer dans ma vie, en ce moment ; comment faire le choix d’obéir à la loi de façon positive ?
  • Le  discernement : en 3 étapes, à la manière des Jésuites : se mettre d’abord à l’écoute de la Parole de Dieu, puis comprendre les situations en analysant les faits, les contraintes, les opportunités ; et enfin scruter ce qui dans cette situation permettrait d’avancer de manière positive.
  • L’intention pastorale : une invitation à sortir de nos certitudes pour aider les gens à vivre mieux. L’objectif n’est pas que tous correspondent immédiatement  et  parfaitement à la volonté du Christ ! il s’agit  d’ « une  œuvre  d’ accompagnement,  un  engagement  personnel  envers  ceux  à  qui  nous  sommes  envoyés. »

 

 

L’émission de  KTO peut se retrouver sur le site de la chaîne ; d’autres analyses à découvrir sur celui de la Conférence des Evêques (liens sur la page d’accueil de ce blog)

 

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 12:48
première des communions à Commentry
première des communions à Commentry
première des communions à Commentry
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Jeunes
commenter cet article
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 05:57

Télécharger le bulletin paroissial du mois de mai

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Bulletin mensuel
commenter cet article
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 16:39
année de la Miséricorde

Communication  et  Miséricorde : une  rencontre  féconde 

 

          C’est le thème de la réflexion à laquelle le Pape François nous invite pour la 50ème  Journée mondiale des Communications sociales du 8 mai 2016.

          L’Eglise :  «est appelée à vivre la Miséricorde comme un trait distinctif de tout son être  et  de tout son agir … Si notre cœur et nos gestes sont animés par l’ Amour divin, notre communication sera porteuse de la force de Dieu.»

        Paix  et  harmonie :   «Comme il est beau de voir des personnes engagées à choisir avec soin des paroles et des gestes pour dépasser les incompréhensions, construire la paix et l’ harmonie entre les familles, dans les communautés  et  entre les peuples ! …

Je fais appel à tous ceux qui ont des responsabilités institutionnelles :  il leur faut du courage pour orienter les personnes dans des processus de réconciliation ;  c’est cette audace positive  et  créatrice qui offre de vraies solutions à de vieux conflits …

La  Miséricorde  peut aider à tempérer les adversités de la vie  et  offrir de la chaleur à tous ceux qui ont connu la froideur du jugement …

Je voudrais vous encourager tous à penser la société humaine non pas comme un espace où des étrangers rivalisent et cherchent à dominer,  mais comme une famille où l’on cherche à s’accueillir réciproquement.  C’est pourquoi il est fondamental d’ écouter … »

          Moyens  de  communication  modernes : «Les e-mails, réseaux sociaux , chats … peuvent être des formes de communication pleinement humaines. Ce  n’ est  pas  le  technologie  qui  décide  si  la  communication est  authentique  ou  non,  mais  c’ est  le  coeur  de  l’ homme   et  sa  capacité  de  bien  user  des  moyens  mis  à  sa  disposition.»

 

          «Un  élargissement  des  horizons» «la rencontre  entre la Communication  et  la  Miséricorde est féconde dans la mesure  où elle génère une proximité qui prend soin, réconforte, guérit, accompagne. Dans un monde divisé, fragmenté, polarisé, communiquer avec Miséricorde signifie contribuer à la bonne, libre et solide proximité entre les enfants de Dieu  et  les frères en humanité.»

 

          La presse catholique, la chaine de télé  KTO, les radios RCF et Radio Notre-Dame, les sites paroissiaux, diocésains, celui du Vatican (avec les catéchèses des Audiences Générales, les discours, homélies, messages, prières de l’Angelus ou du Regina Caeli, sans oublier les twitts du Pape …) sont autant de moyens qui  contribuent à élargir nos horizons. Un des derniers nés :  https://www.instagram.com/franciscus

 

année de la Miséricorde
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 17:34

   

         J’ai la joie de vous annoncer l’ordination diaconale en vue du ministère de prêtre de Guillaume Lépée. Celle-ci sera célébrée le dimanche 26 juin, à 16h00, en la cathédrale de Moulins. Nous portons Guillaume dans la prière et demandons au maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour la moisson.

 

Dimanche prochain, 4ème dimanche de Pâques, nous prierons avec les catholiques du monde entier pour les vocations. J’invite les communautés paroissiales, les communautés religieuses, les familles, chacun de nous,  à demander au Seigneur les vocations dont notre diocèse a besoin :

 

Seigneur, aide toutes les familles à prier et à vivre dans l’amour.

Donne-nous les prêtres, les diacres et les vocations religieuses dont notre diocèse a besoin.

Sainte Vierge Marie, Mère de l’Eglise, prie pour nous.

Saints et saintes du Bourbonnais qui nous avez précédés dans la foi,

priez pour nous

 

 

+ Laurent PERCEROU

Evêque de Moulins

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 16:51

17  avril 2016

53ème Journée  mondiale  de  Prière  pour  les   Vocations

 

          Le 4ème dimanche de Pâques, dit du Bon Pasteur, est placé cette année sous le thème de l’ «Eglise, Mère  des  Vocations. »  Le Pape François formule un souhait dans son message :  «Comme je voudrais, au cours du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, que tous les baptisés puissent expérimenter la joie d’appartenir à l’ Eglise ! »

          Des jeunes s’engagent à devenir des disciples du Christ, certains sont appelés à une vocations spécifique, d’autres exerceront le ministère sacerdotal. Appartenant à des communautés chrétiennes où l’Esprit-Saint est toujours à l’œuvre, de « simples » laïcs ressentent le besoin de développer en eux le sens de l’Eglise.

          Le Pape nous invite à contempler la mission de Paul et de Barnabé (Actes des Apôtres, ch. 13  et  14) et il «exhorte tous les fidèles à prendre leurs responsabilités  dans le souci  et  le discernement des vocations.»

           Il nous propose 3  axes pour que les communautés chrétiennes  vivantes, ferventes  et  joyeuses  soient «source de vocations authentiques au service du peuple de Dieu » :

  • La vocation naît dans l’ Eglise
  • La vocation grandit dans l’ Eglise
  • La vocation est soutenue par l’ Eglise

 

«  Qu’ en tous resplendisse la  grandeur de l’Amour miséricordieux du Père ! »

 

 

Intégralité  du  message   sur  le  site  du  Vatican  (rubrique  «Messages»),directement accessible  par un lien, à droite  sur  la  page  d’ accueil  de   ce  blog.

Prière pour les vocations
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 19:56
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 08:11
Première session ! Une trentaine d'enfants ont fait leur première des communions dimanche 10 avril à Commentry

Première session ! Une trentaine d'enfants ont fait leur première des communions dimanche 10 avril à Commentry

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Jeunes
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 15:31

« Que notre pensée se tourne

vers la Mère de la Miséricorde ! »

 

          Cette invitation du Pape François prend appui sur la conviction que «personne n’a connu comme Marie la profondeur du Mystère de Dieu fait homme. Sa vie entière fut modelée par  la  présence  de  la  Miséricorde  faite  chair  … Son chant de louange, au seuil de la maison d’ Elisabeth, fut consacré à   la  Miséricorde qui  s’étend  d’ âge  en  âge. Elle atteste que  la  Miséricorde  du  Fils  de  Dieu  n’ a pas  de  limite   et   rejoint  tout  un  chacun  sans  exclure  personne.»

 

Le Cardinal  KASPER  écrit : «les Béatitudes, Marie les a toutes vécues … Du haut de la Croix, Jésus nous donne Marie comme Mère. Elle est à jamais témoin et instrument de la Miséricorde.»

 

Et le Cardinal  SCHÖNBORN nous rappelle que «par tous les messages que Marie adresse lors des apparitions, elle amène les hommes, les enfants, à devenir eux-mêmes ambassadeurs  de  la  Miséricorde : ils invitent à coopérer à l’œuvre du Salut, comme Marie l’a fait de manière incomparable ; la Grâce donne toujours la possibilité de coopérer avec le Christ ! »

Vierge Marie qui défait les noeuds
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 16:50

Jésus  prend  la  route  qui  le  conduit  à  Jérusalem  

(St  Luc  9 , 51 – 13 , 21)

 

 

10, 1-20 : La mission des 72 va mettre les hommes auxquels ils sont envoyés devant l’urgence de la décision, de la conversion. Le Pape François nous suggère ces questions pour un examen de conscience : «L’homme vit en lui le drame de ne pas accepter le Salut de Dieu parce qu’il voudrait être sauvé à sa manière … Et moi, comment je veux être sauvé ? A la manière d’une spiritualité qui me fait du bien, mais où il n’y a aucun risque ? Ou à la manière divine , sur la route de Jésus , qui nous surprend toujours , qui toujours nous ouvre les portes à ce mystère de la toute-puissance de Dieu , qui est  LA   M I S E R I C O R D E  ,  LE   P A R D O  N   ? »  (1)

 

10, 21-24 : « L’expression par laquelle Jésus commence Sa prière contient le fait qu’  Il  reconnaît pleinement l’agir de Dieu le Père. Il est totalement, consciemment et joyeusement d’accord avec cette façon d’agir, avec le projet du Père. C’est le sommet d’un chemin de proximité où apparait clairement la communion intime et profonde de Jésus avec la vie du Père dans l’Esprit Saint. Jésus exprime Sa volonté d’impliquer dans cette connaissance  tous ceux que le Père veut y faire participer, ceux qui accueillent ce don, l e s   p e t i t s. Ceux qui ont un cœur simple, sans présomption … Nous aussi, par le don de Son Esprit, nous pouvons nous adresser à Dieu avec la confiance des enfants. Reconnaissons que nous ne sommes pas auto-suffisants, nous avons besoin de Dieu, de Le rencontrer, de  L’écouter, de Lui parler. »  (2)

 

10, 25-29 : L’amour n’est pas qu’un sentiment … Il transforme la relation en se traduisant en actes. Les Docteurs de la Loi voulaient s’ajuster correctement au Dieu de l’Alliance. Mais celle-ci tracerait-elle une démarcation au milieu des hommes ? Qui doit-on aimer pour nouer une bonne relation avec Dieu ? Pour dévoiler le sens des Ecritures, Jésus va raconter une histoire …

Afficher l'image d'origine

 

10, 30-37 : c’est la parabole du   Bon  Samaritain,  « une histoire si lamentable au début, mais si heureuse à la fin ! … Il y a des gens qu’on exclut, qu’on rejette. Pour ce qui est de regarder ailleurs, et de faire un détour quand une chose ne nous convient pas, nous sommes champions ! Ne faisons pas ces détours dont parle l’Evangile : approchons-nous de toute souffrance   et   que chacun de nous fasse ce qu’il peut. Ne nous en lavons pas les mains !...Reconnaître l’autre comme  m o n    p r o c h a i n   ne m’apporte rien en particulier , mais me constitue essentiellement comme une personne humaine . C’est sur cette base qu’une communauté humaine,  et non une horde de bêtes sauvages,  peut se former.» Et le Pape de citer en exemple  M. KOLBE  comme « autre bon Samaritain » du XXème siècle. (2)

 

10, 38-42 : Marthe  et  Marie. Elles reçoivent Jésus : du bonheur pour elles ! Marthe se met en quatre pour le repas, alors que Marie, assise aux pieds de Jésus, L’écoute. La première, hyperactive, accomplit un beau service. La seconde écoute la Parole. Faut-il les opposer ? Ou voir deux attitudes complémentaires ? Jésus, à la suite de Sa Pâque a la capacité de venir nous visiter, nous aussi. Recevons-Le dans notre cœur, aussi réellement que l’ont fait les deux sœurs. Il frappe à notre porte, ouvrons-Lui ! Il ne cesse pas de Se faire proche de nous !

 

11,  1-13  Apprends – nous  à  prier ! Le Notre-Père est bien autre chose que des formules … Afficher l'image d'origine « Cette prière contient toutes les demandes possibles. Elle est à la prière comme le Christ est à l’humanité. Il est impossible de la prononcer sans qu’un changement s’opère dans l’âme. Qu’ajouter ? Sinon que nous avons la lourde responsabilité de transmettre cette prière fondamentalement chrétienne à nos descendants et à nos contemporains, comme nous l’avons reçue de nos parents ou de nos éducateurs. .. »  (3)

 

 

 

 

11 , 29-36 :  Avons-nous besoin de chercher, pour appuyer notre foi de signes extraordinaires ? De preuves, comme si nous étions devant des juges à qui il faudrait fournir des arguments convaincants ?  «A Noël, les Anges donnent un signe aux bergers : un nouveau-né couché dans une crêche. Voilà le signe : l’abaissement total de Dieu. Nous laissons-nous aimer par cette douceur, cette tendresse ? Sommes-nous décidés également à faire preuve de tendresse pour une situation difficile, pour tout problème humain, pour ceux qui nous sont proches ? Ou bien préférons-nous la solution réglementaire, dirigiste, froide et non évangélisatrice ? Sommes-nous disposés à assumer cette tendresse durant les moments de joie, de tristesse, d’épreuves, de conflits, de combats ? » (1)

 

11 , 37-54 : « on est étonné de la violence de Jésus contre les scribes et les pharisiens, car dans le cœur de Jésus, il n’y a que l’amour, un amour brûlant, un torrent de Miséricorde …Souvent, j’ai pensé qu’ Il parlait ainsi avec l’énergie du désespoir : Il cogne avec une force maximale dans l’espoir de faire exploser leur carapace et, si possible, d’atteindre leur cœur.»(4)   Et notre carapace à nous ? Nous portons tous en nous notre part de pharisaïsme !

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

12 , 1-7 :  « l’  h y  p o c r i s i e   est  cette façon de vivre, d’agir, de parler, qui n’est pas claire, qui se présente de façon ambiguë … Jésus dit que les pharisiens sont imbus de leur personne, vaniteux. Mais à la fin, tout sera clair. Puis, Il attire l’attention sur la confiance en Dieu : il existe Quelqu’un de plus grand : c’est le Père qui est aux cieux. Jésus nous rassure : soyez tranquilles : le Père vous aime, vous défend ! Il nous invite à prier afin que nous ne tombions pas dans la tiédeur de la vie. » (1)

 

12 , 13-34 :  Paradoxalement, nous trouvons notre sécurité dans les biens de ce monde quand nous nous en dépouillant pour les partager.

 

12 , 35-48 :  L’attente de Jésus est souvent oubliée, cachée derrière les soucis de l’instant présent. Ce que Jésus nous demande, c’est d’être des serviteurs fidèles, de bien remplir la charge qui nous a été confiée.

 

12 , 49-53 :  il n’est pas possible que la rencontre de Jésus n’affecte pas intimement nos relations.

 

 

12 , 54-59 : «Il appartient à la sagesse chrétienne de connaître les changements, les signes des temps. D’habitude, nous nous tranquillisons avec des « j’ai lu, entendu, les gens disent… »  alors que nous devrions nous demander : quelle  est  la  vérité ? Quel est le message que le Seigneur veut me donner avec ce signe des temps ? Tout d’abord, le silence est nécessaire. Après : réfléchir . Et   p r i e r  ... Les temps changent. Nous, chrétiens devons changer continuellement .  Mais  en  étant  solides  dans  la  foi en Jésus-Christ  et  dans  la  vérité  de  l’Evangile.» (1)  

 

13 , 9-17 : C’est le temps de l’urgence de la conversion.L’aujourd’hui de Dieu est une grâce qu’il ne faut pas manquer ! La Loi n’est pas une domination d’un maître jaloux et exigeant. L’amour de Dieu est source de tout !

 

Afficher l'image d'origine

 

  1.  Méditations du Pape François
  2.  Catéchèse de Benoît XVI
  3.  Simone  WEIL , philosophe juive
  4.  Cardinal BARBARIN , entretiens avec un journaliste .
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Apprendre de la Bible
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 17:21

3 avril 2016 : Dimanche de la Divine Miséricorde

 

         A la clôture du Concile, Saint JeanXXIII avait déclaré : « l’ Eglise préfère recourir au remède de la Miséricorde plutôt que de brandir les armes de la sévérité. »

          Le Cardinal Kasper reconnaît que  « Saint Jean Paul II a vécu les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale et de deux systèmes totalitaires. Il a fait l’expérience de beaucoup de souffrance…Le témoignage de cette souffrance fut un enseignement fort ; mais la Miséricorde lui a été un soutien particulier et la source d’une inépuisable Espérance. Sa 2ème Encyclique en 1980 fut consacrée à la Miséricorde  et  la 1ère Canonisation du 3ème millénaire   fut  celle de  SŒUR  FAUSTINE  KOWALSKA  (1905 – 38) »

          Cette Religieuse et mystique polonaise,  Apôtre de la Miséricorde de Dieu,  proclamait :  « La  Miséricorde  est  l’ attribut  suprême  de  Dieu,  la  perfection  divine  par  excellence ! »    Dans cette dynamique, le Pape institua le 2ème dimanche de Pâques le Dimanche de la Miséricorde.

          Benoît XVI a suivi les pas de ses prédécesseurs (Encycliques de 2006  et  2009) . Et le Pape François a proclamé le 13 mars 2015  une Année Sainte extraordinaire , le Jubilé de la Miséricorde. La Miséricorde : un sujet essentiel en réponse aux signes des temps !

 

          A voir ce 3 avril sur KTO : à 10h  Jubilé de la Divine Miséricorde   et   à 20h40 sur les pas de Sainte Faustine  (à retrouver sur www.ktotv.com )

 

année de la Miséricorde
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 17:39

Télécharger le bulletin paroissial du mois d'avril

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Bulletin mensuel
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 09:33
Campagne denier de l'Eglise 2016

Le Denier de l’Eglise catholique est indispensable au financement de multiples actions qui peuvent tous nous concerner. Dans la nouvelle campagne de collecte du Denier organisée en Auvergne, des donateurs tiennent à rappeler le rôle essentiel de ce don pas comme les autres.

 

Prolongeant la campagne lancée en 2015, la campagne du denier 2016 donne la parole à des donateurs, à des prêtres et laïcs au service de l’Eglise. Dans les 4 diocèses auvergnats, sur des affiches et sur différents outils de communication, des femmes et des hommes de tout âge expliquent à quoi peut servir le denier sur un ton direct, en adoptant le « parler vrai ». Cela va de la formation des séminaristes à l’activité de la catéchèse. Leur portrait, très naturel, rend ces personnes très proches, familières. Elles peuvent même faire partie de notre entourage ! Quant aux actions et sujets évoqués, ils s’inscrivent dans la vie quotidienne de tous les croyants, pratiquants ou non.

 

Le denier, souvent méconnu

Les témoignages rappellent que le denier constitue une ressource indispensable pour le fonctionnement, l’animation et la vie des paroisses. L’objectif, indique Eliane Ginon, économe du diocèse de Moulins, est de « fidéliser les donateurs et d’en conquérir de nouveaux. C’est important car il faut se souvenir que l’Eglise ne reçoit aucune subvention ni de l’Etat, ni du Vatican. ». Les dons rémunérent les prêtres et les laïcs salariés au service de l’Eglise catholique, permettent le déplacement des aumôniers dans les maisons de retraite, l’organisation du catéchisme, la célébration de cérémonies religieuses par exemple.

 

Expliquer et agir, au plus proche de tous

Mgr Laurent Percerou, Evêque de Moulins, confirme que « chacun peut avoir ses propres raisons de donner. Que ce soit par conviction ou pour apporter un soutien plus « matériel ». ». Pour faire comprendre cela, il faut dialoguer, établir une relation de proximité. C’est chose faite, ou plutôt initiée, avec les campagnes 2015 et 2016. Les liens sont encore renforcés avec le site achacunsondenier.fr et une page Facebook qui rendent la communication plus participative, plus accessible. Mais surtout cette année, la volonté des équipes du diocèse est d’impliquer et d’accompagner un référent denier dans chaque paroisse. Partout, ces volontaires vont informer, expliquer, animer la collecte. Toujours plus de proximité entre le denier et les actions de l’Eglise !

 

 

Campagne denier de l'Eglise 2016
Campagne denier de l'Eglise 2016
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 20:21

Télécharger le numéro de Carême-Pâques 2016

Journal paroissial
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Journal AUJOURD'HUI
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 08:48
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale
Messe Chrismale

Quel étonnant décalage entre ce que Jésus annonce, et le cadre de l’annonce ! Il annonce ni plus ni moins qu’il est le Messie, le Sauveur annoncé par les prophètes, à commencer par le plus grand d'entre eux : Isaïe. Et cette annonce, que le Peuple d'Israël attend et espère depuis des siècles, il la fait non pas au Temple de Jérusalem, là où Dieu se tient, mais dans l’humble synagogue de Nazareth, le village où il a grandi, où tout le monde le connaît depuis sa plus tendre enfance et dans le cadre tout ordinaire de la liturgie hebdomadaire du Sabbat.

Le Messie n'est donc pas le prophète Élie revenu sur terre en des éclairs éblouissants, il n'est pas un nouveau roi David qui chasserait les romains dans le fracas des armes pour rétablir la grandeur d'Israël. Il n'est que cet enfant de Nazareth, élevé humblement par Marie et Joseph, bien connu de tous ceux qui l'écoutent, en ce jour, affirmer qu'en Lui « la Parole du prophète Isaïe s'accomplit ». Il vivra sa mission en partageant la vie modeste du petit peuple de cette terre d'Israël, ce petit peuple rassemblé dans la synagogue de cette obscure bourgade de Galilée, dont les juifs de Jérusalem disaient qu'il ne pouvait rien sortir de bon.

Durant trois années, il sillonnera les chemins qui le conduiront de village en village, à la rencontre d'hommes et de femmes qui désespéraient de la venue d'un Sauveur, quand le joug de l'occupant se faisait pesant et que ceux qui prétendaient parler au nom de Dieu, scribes et pharisiens, leur imposaient un fardeau qu'eux-mêmes refusaient de porter. Alors, Jésus annoncera une Bonne Nouvelle : l'heure de Dieu est venue, non pas celle de sa colère mais de sa Miséricorde pour tous. En Lui, Dieu vient accomplir ce qu'Isaïe avait prophétisé en son nom : « Voici que je vais faire arriver jusqu'à elle la paix comme un fleuve, et, comme un torrent débordant, la gloire des nations. Vous serez allaités, portés sur les hanches et cajolés sur les genoux. Il en ira comme d'un homme que sa mère réconforte : c'est moi, qui, ainsi, vous réconforterai[1]

Alors, Jésus, l'enfant de Nazareth, se fera l'ami des pauvres, il libérera celles et ceux enchaînés par le péché et par le mal qui obscurcissaient leur cœur, il guérira les malades, redressera les corps tordus et déformés, consolera les affligés, ouvrira les cœurs fatigués à l'espérance du Royaume qu'il est venu inaugurer... Il n'aura qu'un désir : restaurer chacun dans sa dignité d'enfant de Dieu et l'ouvrir à la joie de cette vie nouvelle et éternelle que Dieu son Père offre à tous ses enfants.

Nous allons apporter solennellement trois vases d'huile dans quelques instants. L'huile qui redonne souplesse et vigueur, qui soulage et nourrit. Elle deviendra l'huile sainte qui apporte force et courage à nos frères et sœurs âgés et malades. Elle deviendra l'huile sainte qui ouvre l'intelligence de nos frères et sœurs catéchumènes à la Bonne nouvelle du Royaume et les prépare au beau combat de la foi. Par la puissance de l'Esprit, mêlée au parfum des rois, elle marquera celles et ceux appelés à devenir enfants de Dieu, disciples du Christ, par le baptême et la confirmation. Elle marquera les hommes choisis par Dieu pour agir en la personne du Christ Bon Pasteur au cœur des communautés.

Nous tous, marqués de cette huile parfumée, de ce Saint Chrême, nous redécouvrons ce soir que notre vocation, à la suite du Christ, et comme lui, dans le quotidien tout ordinaire de nos vies et de la vie de nos frères et sœurs en humanité, est de répandre la Miséricorde de Dieu qui, telle cette huile versée par le samaritain sur les plaies de l'homme blessé, annonce et réalise ce que nous célébrerons au cœur de la nuit pascale. Le Christ a triomphé des puissances du mal et de la mort : la mort est morte, définitivement morte ! Faire œuvre de miséricorde, ce n'est donc pas seulement soulager la misère et dire de belles choses sur Jésus...

Faire œuvre de miséricorde en soulageant et en témoignant de notre foi, c'est apporter notre pierre à la construction du Royaume de Dieu – ce Royaume dont le Christ nous a donné ce soir la Loi Fondamentale -  fidèle à la mission reçu au jour où le chrême est venu marquer notre front : « Désormais, tu fais partie de son peuple, tu es membre du corps du Christ et tu participes à sa dignité de prêtre, de prophète et de roi. »

Frères prêtres, vous allez immédiatement après cette homélie renouveler les engagements pris au jour de votre ordination. Agissant au nom et en la personne du Christ Tête et Pasteur de son Église, il vous revient de marquer de ces huiles nos frères et sœurs malades, âgés, catéchumènes, et de répandre le Saint Chrême sur le front des nouveaux baptisés. Par vos mains, Dieu fait œuvre de Miséricorde au cœur des baptisés afin que toute l’Église, dans la richesse de ses vocations, soit mère de Miséricorde !

Vous présidez ainsi à la construction du corps du Christ qu'est l’Église et vous l'envoyez sur les routes des hommes pour qu'elle témoigne d'un Dieu qui en Jésus s'est fait Miséricorde. Votre ministère n'est pas seulement nécessaire, il est indispensable pour que l’Église reçoive et vive de la grâce de l'Esprit et qu'à la suite du Christ, elle construise le Royaume de Dieu.

Frères prêtres, puisez sans cesse à la source de la Miséricorde qu’est le Christ ! Frères et sœurs qui les entourez ce soir, aimez vos prêtres ! Ils ne sont certes pas parfaits, ils sont pauvres, comme tout un chacun ! Mais ils suivent le Christ, le Messie de Dieu, dans le don total d'eux-mêmes. A la manière du Christ, ils vivent au milieu de vous, partageant votre quotidien humble et modeste pour annoncer que le Royaume de Dieu déjà lève et grandit. Ils sont riches de ce que Dieu leur a confié et qu'ils sont chargés de vous communiquer : sa vie.

Rassemblés ce soir de tous les doyennés de notre diocèse, dans une belle diversité, nous écoutons le Christ nous dire, comme il l’avait dit à Nazareth : « Aujourd'hui s'accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d'entendre. », et nous réalisons qu’il dit vrai : Dieu donne à son Église les moyens et les ouvriers pour que dans le temps qui est le nôtre, sa Miséricorde touche les cœurs et suscite de nouveaux disciples. Voilà pourquoi cette messe chrismale est le lieu où s’exprime le mieux l’unité de l’Église diocésaine, là en effet elle reçoit de son Seigneur la grâce de la mission.

Consacrés, fidèles laïcs du Christ, diacres, prêtres et évêque, puissions-nous être tous fidèles à notre consécration.

Que le Chrême qui a marqué nos fronts, nos mains, notre tête nous fasse répandre le doux parfum de la Miséricorde sur le monde de ce temps et qu’ainsi, par nous, l’Esprit du Ressuscité bâtisse ce Royaume où tout homme verra le Salut de Dieu.

Mgr Percerou, évêque de Moulins
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 21:39
Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Actualité
commenter cet article