Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

       Paroisse  de  la      Sainte  Famille

                   28, rue de la République 03600 Commentry    Tel : 04 70 64 32 35 

                                              saintefamille03600@orange.fr    

         Diocèse de Moulins  

                                                                                                                                        Les 27 clochers de la paroisse

 

24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 08:01

Synode : entretien avec Mgr  Percerou , Président du Conseil pour la Pastorale des Enfants et des Jeunes (23 oct. 2018)

 

          Mgr Percerou se dit d’abord être dans un état d’esprit interrogatif, dans l’attente des conclusions du Synode ; les rédacteurs du document final vont dégager « la crème » des échanges. Il souligne ensuite la richesse des rencontres à l’échelle du monde, la richesse des interventions, la richesse des carrefours et des témoignages des jeunes (pour beaucoup déjà en situation de responsabilités). Même si certains médias ont formulé des doutes, il faut retenir qu’un Synode construit l’Eglise, en focalisant l’attention sur un point : les jeunes, l’accompagnement et le discernement vocationnel. Autre point positif : la collégialité épiscopale vécue avec les « jeunes » Evêques qui apportent avec eux le poids de nombreuses souffrances. Le Synode, c’est l’accueil d’une grâce particulière ; la force de l’Espérance pour vivre et pour construire. 

          Cet accueil commence par la qualité du regard d’amour posé sur les jeunes – et tous les jeunes – et la qualité de l’écoute. Les jeunes seront évangélisés par d’autres jeunes, animés par le même désir. C’est une démarche missionnaire auprès de nombreux jeunes qui ne fréquentent pas les aumôneries.

          Or, dans l’Eglise de France, déplore Mgr Percerou, on a du mal à déterminer des priorités ; on veut tout conserver, pensant que tout se vaut … Et si la Pastorale des jeunes était une priorité ? Les 16 – 29 ans ne sont-ils pas acteurs légitimes de l’Evangélisation ? Il s’agit de prendre les moyens pour que les jeunes s’investissent, donnent leur avis, s’engagent ! Halte au « on a toujours fait comme ça » !

          On peut regretter une sorte de vide après la Confirmation … Mais si on se demandait comment accompagner les futurs Confirmands dans les phases préparatoires en proposant de vivre une expérience fondatrice : non pas tout savoir sur un plan intellectuel (ce qui n’est guère vivifiant), en évitant les « y a qu’à –faut qu’on … », en  opérant une réforme de fond qui permette de travailler AVEC les jeunes qui vont apprendre en faisant. C’est la proposition d’un ministère pour les jeunes, un volontariat missionnaire pour les périphéries. [on peut se reporter à la Vie des Diocèses, Moulins, du 24/ 4/ 17 et Lumière sur la ville, Montluçon –automne 2018  p.4 ]. Cela suppose un investissement financier, certes, mais aussi un accompagnement de la vie intérieure, et une réponse au besoin de rencontrer le Christ dans la prière.  Les Mouvements de jeunes ont un rôle à jouer ici.

          Les enjeux : Comment l’Eglise peut-elle  permettre  à des jeunes qui vivent dans une société « fluide », globalisée, interconnectée, de trouver un chemin pour aller à la rencontre du Christ ? L’Eglise a sans doute perdu cette capacité en occident avec la crise des vocations. Comment travailler à cet attachement au Christ dans une période de rupture dans la transmission de la Foi ?  Les  jeunes cathos  sont bien de leur temps, mais ont l’impression que l’Eglise  « n’ imprime plus » et subissent souvent une indifférence moqueuse. Comment les accueillir tels qu’ils sont  et  leur permettre de donner le meilleur d’eux-mêmes ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires