Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

       Paroisse  de  la      Sainte  Famille

                   28, rue de la République 03600 Commentry    Tel : 04 70 64 32 35 

                                              saintefamille03600@orange.fr    

         Diocèse de Moulins  

                                                                                                                                        Les 27 clochers de la paroisse

 

6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 15:35

De  qui  je  me  fais  proche ?

 

          Il n’est sans doute pas inutile de réfléchir sur les prises de position du Pape François sur l’Eglise telle qu’il aimerait qu’elle soit. Les formules-chocs dont il a le secret doivent aider notre réflexion, susciter des questions et nous conduire à agir très concrètement.

 

          « Quand l’Eglise, occupée par 1000 choses, néglige  la  proximité, et ne communique que par des documents, elle est comme une maman qui ne communiquerait avec son enfant que par lettre … Efforçons-nous d’être une Eglise capable de sortir d’elle-même  et d’aller vers tous ceux qui ne la fréquentent pas, qui ne la connaissent pas, qui se sont éloignés, qui sont indifférents … Concevons résolument  une Pastorale qui parte de la périphérie, de ceux qui sont le plus éloignés. Les invités VIP, ce sont eux ! Allez les chercher aux carrefours !

          « Entre une Eglise qui prend des coups parce qu’elle sort dans la rue  et une Eglise malade parce qu’elle reste dans l’autoréférence, je préfère sans aucun doute la première !  Les routes sont celles du monde où les gens vivent, où l’on peut les rejoindre  effectivement   et affectivement. Parmi ces routes, il y a les routes numériques, bondées d’êtres humains souvent blessés, qui cherchent une espérance. »

          « Les églises ne sont pas des bureaux où l’on présente des papiers quand on demande d’entrer dans la Grâce de Dieu … Nous ne devons pas instituer un 8ème Sacrement, celui de la douane pastorale ! »

          Il est important d’aller à la rencontre des autres !  Nous vivons dans une culture de l’affrontement, de la fragmentation, du déchet. Nous devons créer  une  culture de l’amitié   où nous trouvons des frères, où nous pouvons parler avec ceux qui ne pensent pas comme nous, qui n’ont pas la même foi ; tous ont en commun quelque chose avec nous : ils  sont  des  images  de Dieu. Aujourd’hui, trouver un clochard mort de froid n’est pas une nouvelle. Ce qui est une nouvelle, c’est un scandale … Nous ne pouvons pas devenir des chrétiens amidonnés, trop bien élevés, qui parlent de choses théologiques, alors qu’ils prennent le thé, tranquilles … NON !  La culture du bien-être, qui nous amène à penser à nous-mêmes, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles qui ne sont rien, sinon l’illusion du futile, du provisoire et porte à l’indifférence envers les autres. »

          « Soyez serviteurs de  la  culture  de  la  rencontre, sans être présomptueux en imposant   nos  vérités, mais au contraire guidés par l’humble et heureuse certitude de ceux qui ont été transformés par la Vérité qui est le Christ et qui ne peuvent pas ne pas L’annoncer. »

          « N’ayons pas la bouche pleine de belles paroles sur  les  Pauvres !  Regardons-les les yeux dans les yeux. Pensons à ceux qui ne se sentent pas aimés, qui n’ont plus d’espoir en l’avenir, qui renoncent à s’engager dans la vie, parce qu’ils sont découragés, déçus, craintifs. »  Accompagner  l’ homme ne signifie aucunement s’adapter à l’esprit du monde, ni céder, mais  soutenir. Sommes-nous encore une Eglise capable de réchauffer les cœurs ? »

          « Solidarité : dans notre culture de rebut, c’est un mot qui dérange …Parce qu’il nous oblige à regarder l’autre  et  à nous donner à lui avec amour. » L’Eglise, nous pouvons l’imaginer comme  un  hôpital  de  campagne : il faut soigner les blessures. Quand quelqu’un est blessé, il n’y a pas besoin d’analyse de son taux de cholestérol, de glycémie ! Il y a la blessure ouverte à soigner ! Après, on verra les analyses ; après, on donnera les soins spécialisés. »

 

           « Voilà la voie : le service  et  l’ humilité. L’humilité du Christ, ce n’est pas du moralisme, du sentimentalisme. Elle est réelle. C’est le choix d’être petit avec les petits, avec les exclus. Ce n’est pas une idéologie. C’est   une  manière  d’ être  qui part du cœur de Dieu. »

 

          « Une Eglise qui ne reste pas assise, qui sait écouter l’inquiétude des gens, et qui, comme une mère engendre ses fils, sans prosélytisme, en témoignant  de  la  joie  d’ être  chrétiens,  telle est la mission ecclésiale tracée par François. Pour être fidèle au Seigneur, l’Eglise doit toujours être debout  et  en chemin. Une Eglise qui n’est pas en chemin  finit fermée sur son petit monde de commérages, fermée, sans horizon… »

          « Peut-être, l’Eglise est-elle apparue à certains trop éloignée de leurs besoins, incapable de répondre à leurs inquiétudes, trop froide à leur égard, prisonnière de ses langages rigides , peut être le monde en a-t-il fait un vestige du passé, inadaptée aux nouveautés qui surgissent … »

 

          « Souvenez-vous toujours de Celle  qui est la  Porte  du  Ciel, de Celle qui comprend toutes les peines, qui sort de soi avec promptitude pour visiter  et  consoler  et  qui est toujours attentive à ce que rien ne manque dans nos vies ! »

 

   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by paroissedelasaintefamille - dans Merci Jean-Pierre
commenter cet article

commentaires